Chili, le dossier noir

TABLEAU CHRONOLOGIQUE

1970

4 septembre

Salvador Allende (Socialiste) est victorieux aux élections présidentielles. Le candidat de l'Unité Populaire obtient 36,3% des voix, le conservateur Jorge Alessandri 35%, le démocrate-chrétien Radomiro Tomic 27,8%.

6 septembre

Panique dans les banlieues grâce à la campagne de terreur. Les 50 jours les plus longs de l'histoire du Chili commencent. Tomic reconnaît Allende en tant que légitime triomphateur. La colère de la droite et de l'équipe du Président Frei se manifeste.

7 septembre

Alessandri offre une transaction sans précédent : il demande sa nomination au Congrès et offre de démissionner immédiatement pour convoquer de nouvelles élections. Comme en 1964, un candidat unique de la droite empêcherait l'élection d'Allende. Véritable tempête politique. La gauche brandit la menace d'une grève générale.

11 au 30 septembre

Rumeurs d'un éventuel coup d'État. Le ministre de l'Économie trace un panorama tragique de la situation économique au cas où la gauche gagnerait au Congrès.

24 octobre

Un commando de droite, sur les directives du général en retraite Roberto Viaux, assassine le commandant en chef de l'armée : le général René Schneider.

28 octobre

Le Congrès confirme Salvador Allende dans ses fonctions. C'est le premier président socialiste élu par des élections libres en Amérique latine. Un accord politique préventif et constitutionnel garantit la Démocratie Chrétienne.

4 novembre

Salvador Allende assume la présidence transmise par son prédécesseur Eduardo Frei. Il s'installe au palais de la Moneda.

12 novembre

Le gouvernement décrète une amnistie pour les membres de la gauche révolutionnaire (interdite sous le gouvernement de Frei).

15 novembre

Réouverture des relations diplomatiques avec les pays socialistes : en premier lieu, Cuba.

2 décembre

Les premières grandes propriétés sont expropriées en vertu de la loi sur la Réforme agraire.

1971

7 janvier

Le Chili et la Chine décident d'établir des relations diplomatiques.

4 avril

Aux élections communales, l'Union Populaire obtient 49,75% des voix.

6 avril

Établissement de relations diplomatiques avec la République Démocratique Allemande.

18 mai

Le mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR) critique pour la première fois le «réformisme» du gouvernement.

22 juin

Assassinat de Ferez Zujovic, ex-ministre de l'Intérieur du gouvernement Frei, responsable des massacres ouvriers durant l'administration démocrate chrétienne. Responsable : un groupe d'extrême gauche, la Vanguardia Obrera Popular (Avant-garde ouvrière populaire, VOP). Le coup est effectué par une douzaine de personnes.

11 juillet

Le Parlement décide à l'unanimité la nationalisation des mines de cuivre. Le 6 juillet le gouvernement avait assumé le contrôle de tout le commerce du cuivre dans le pays.

20 juillet

Le contrôle des deux chambres du Congrès échappe au gouvernement. Le député démocrate-chrétien Fernando Sanchez est élu président de la chambre : les deux vice-présidents : Eduardo Cerda et César Raúl Fuentes étant également membres de ce parti, la présidence de la Chambre est désormais entièrement aux mains des démocrates-chrétiens qui occupaient déjà la présidence du Sénat.

13 août

Le gouvernement des États-Unis supprime quelques crédits destinés au Chili, en se basant sur une interprétation extensive de la clause de Hickenlooper.

28 septembre

Le gouvernement déclare que l'indemnisation à laquelle les compagnies américaines peuvent prétendre est inférieure aux «sur profits» qui, depuis le début de leur exploitation, ont été tirés des mines de cuivre.

10 novembre

Arrivée de Fidel Castro pour une visite d'État de trois semaines.

1er et 2 décembre

Manifestations tumultueuses à Santiago. Les femmes des «beaux quartiers » protestent contre le ravitaillement insuffisant. L'état d'urgence est proclamé.

9 décembre

Le gouvernement abolit la convertibilité de la monnaie chilienne et réglemente les changes. La dette extérieure atteint plus de trois milliards de dollars.

22 décembre

Le Congrès approuve un acte dérogatoire constitutionnel stipulant qu'à l'avenir le gouvernement ne pourra nationaliser des entreprises qu'avec l'accord du Parlement. Le Président peut opposer son veto. Au cas où le Congrès persisterait dans sa résolution, Allende pourrait annoncer un référendum.

25 décembre

Les mineurs de Chuquicamata exigent une augmentation considérable de leurs salaires.

1972

7 janvier

Allende remanie son gouvernement, l'opposition ayant intenté une action constitutionnelle contre le ministre de l'Intérieur Toha. Toha est chargé du ministère de la Défense

3 février

Les États-Unis relient la question du cuivre aux négociations sur la dette chilienne.

21 mars

Le correspondant de presse américain Jack Andersen révèle qu'en 1970 et 1971, ITT et la CIA ont conspiré pour faire tomber le gouvernement Allende.

7er juin

Hanoi et Santiago établissent des relations diplomatiques.

29 juin

Engagées au début du mois, les négociations avec les démocrates-chrétiens sont rompues.

27 juillet

Pour la seconde fois, un ministre de l'Intérieur (Hernán del Canto) est destitué par une décision du Congrès.

21 et 22 août

Les commerçants se déclarent en grève. Nouvelles manifestations de rues. L'état d'urgence est de nouveau proclamé à Santiago.

11 octobre

A la suite de chocs violents à l'occasion d'une grève des entrepreneurs de transports routiers, l'état d'urgence est proclamé dans vingt-quatre des vingt-cinq provinces du Chili. Nouvelle grève des commerçants.

15 octobre

Le Tribunal de Commerce de Paris ordonne la mise sous séquestre d'un chargement de cuivre chilien.

30 octobre

Par suite de l'aggravation de la grève des entrepreneurs de transports l'opposition intente une action constitutionnelle contre quatre ministres.

2 novembre

Formation d'un nouveau gouvernement, après la démission collective de l'ancien gouvernement le 31 octobre. Trois chefs militaires en font partie. Le général Carlos Prats, commandant en chef de l'armée, est nommé ministre de l'Intérieur.

5 novembre

Fin de la grève des entrepreneurs de transports.

29 novembre

Le Tribunal de Commerce de Paris lève le séquestre du chargement de cuivre.

4 décembre

A l'Assemblée générale de l'ONU, Allende décrit les agissements de l'ITT. Il se rend par la suite à Moscou et à La Havane.

20 décembre

Des négociations sur l'indemnisation des compagnies exploitant les mines de cuivre s'engagent à Washington.

1973

4 mars

Élections parlementaires. L'opposition conserve la majorité simple dans les deux chambres. L'Unité Populaire obtient 43,9% des voix, ce qui est considéré comme un succès pour Allende. 54,7% des voix correspondent au bloc de l'opposition (CODE) et 1,9% se répartissent entre le parti socialiste dissident, l'USOPO (qui n'obtient aucun mandat) et les bulletins blancs ou nuls.

28 mars

Les militaires quittent le gouvernement.

15 mai

La grève de la mine de cuivre d'El Teniente, qui dure déjà depuis trois semaines, contribue à l'aggravation de la crise politique.

20 juin

Le sénat vote la destitution de deux ministres.

27 juin

A la suite d'un attentat contre le général Prats, l'état d'urgence est proclamé à Santiago. Il restera en vigueur jusqu'au 4 juillet.

29 juin

Un régiment de blindés se soulève et attaque le palais présidentiel. La révolte est réprimée au bout de trois heures. Allende demande des pouvoirs extraordinaires, mais le Congrès les lui refuse. Développement très rapide des cordons industriels.

3 juillet

Fin de la grève des mineurs d'El Teniente. La grève a coûté'plus de 40 millions de dollars à l'État chilien.

5 juillet

Formation d'un nouveau gouvernement sans militaires.

25 juillet

Les entrepreneurs de transports routiers se mettent à nouveau en grève dans tout le pays. Le 2 août les conducteurs d'autobus se joignent à eux.

27 juillet

Le chef de la maison militaire d'Allende, le capitaine de vaisseau Arturo Araya Martin, est assassiné. Le groupe fasciste Patria y Libertad en est le responsable.

3 août

Les démocrates-chrétiens, qui ont engagé avec le gouvernement des négociations, posent des conditions si dures que les négociations trouvent dans une impasse.

9 août

Un nouveau cabinet - le sixième depuis que l'Unité Populaire est au pouvoir - prête serment. Les chefs des trois armes en font partie.

12 août

Le gouvernement ordonne la mise sous séquestre des véhicules des entrepreneurs de transports en grève. Mais ceux-ci les rendent inutilisables en enlevant des pièces essentielles. L'extrême droite multiplie ses attentats.

18 août

Le général Ruiz démissionne de ses fonctions de ministre des Transports et de commandant en chef de l'armée de l'air. Il apparaît le lendemain à la télévision et fait de violents appels à la subversion.

22 août

La chambre des députés déclare illégale la coalition de gauche et somme les militaires de choisir entre l'exécutif et le législatif.

23 août

Allende accepte la démission du général Prats comme ministre de la Défense et commandant en chef des forces armées, démission imposée par les généraux réactionnaires, sous le prétexte que le général Prats divise les forces armées et les pousse à la guerre civile.

27 août

L'amiral Raúl Montero, commandant en chef de la marine chilienne, démissionne de son poste de ministre des Finances.

28 août

Formation d'un nouveau gouvernement dont font partie quatre militaires.

4 septembre

Pendant cinq heures, au cours de la manifestation politique la plus importante de l'histoire du Chili, une foule de sept à huit cent mille personnes défile dans les rues de Santiago pour célébrer le troisième anniversaire de l'élection d'Allende à la Présidence de la République.

5 septembre

Des dizaines de milliers de femmes appartenant aux classes moyennes manifestent à Santiago, exigeant la démission d'Allende.

7 septembre

Le Président Allende projette un plébiscite et la reprise du"dialogue avec les démocrates-chrétiens. 11 septembre Chute d'Allende, assassiné par les militaires.

Formation d'une junte formée de :

A. Pinochet - Armée de terre
G. Leigh Guzman - Armée de l'air
J.T. Merino - Marine
J.R. Mendoza - Carabiniers

Tortures et assassinats des partisans de l'Unité Populaire.

23 septembre

Dans une clinique de Santiago, sous la vigilance des militaires, meurt le poète et prix Nobel, Pablo Neruda.


Edición digital del Centro Documental Blest el 07feb02
Capitulo Anterior Proximo Capitulo Sube