La Nouvelle Chanson Chilienne

Chansons de été

La résistible ascension de la nouvelle chanson chilienne

Chansons composées avant et pendant l'Unité populaire


LUIS ADVIS

CANTATA POPULAR SANTA MARIA DE IQUIQUE

1. CANCIÓN

1. Solo :

Señoras y señores,
venimos a contar
aquello que la Historia
no quiere recordar.
Paso en el Norte Grande,
fue Iquique la ciudad,
mil novecientos siete
marco fatalidad.
Allí al pampino pobre |
mataron por matar. |bis

Coro:

Seremos los hablantes:
diremos la verdad,
verdad que es muerte amarga
de obreros del Salar.
Recuerden nuestra historia
de duelo sin perdón.
Por mas que el tiempo pase
no hay nunca que olvidar.
Ahora les pedimos
que pongan atención.
ahora les pedimos
que pongan atención.

2. Preludio instrumental.

3. RELATO

Si contemplan la pampa y sus rincones
verán la sequedad del silencio;
el suelo sin milagro y oficinas
vacías, como el último desierto.

Y si observan la pampa y la imaginan
en tiempos de la Industria del Salitre,
verán a la mujer y al fogón mustio,
al obrero sin cara, al niño triste.

También verán la choza mortecina,
la vela que alumbraba su carencia,
algunas calaminas por paredes,
y por lecho, los sacos y la tierra.

También verán castigo humillantes :
un cepo en que fijaban al obrero
por días y por días contra el sol;
no importa si al final se iba muriendo.

La culpa del obrero, muchas veces,
era el dolor altivo que mostraba.
Rebelión impotente, ¡una insolencia!
La ley del patrón es ley sagrada.

También verán el pago que les daban.
Dinero no veían, solo fichas;
una por cada día trabajado,
y aquélla era cambiada por comida.

De ninguna manera se podía,
¡ Cuidado con comprar en otras partes!
aunque las cosas fuesen mas baratas.
Lo había prohibido la Oficina.

El poder comprador de aquélla ficha
había ido bajando con el tiempo,
pero el mismo jornal seguían pagando.
Ni por nada del mundo un aumento.

Si contemplan la pampa y sus rincones
verán las sequedades del silencio.
Y si observan la pampa como fuera
sentirán, destrozados, los lamentos.

4. CANCIÓN

Coro:

El sol en desierto grande
y la sal que nos quemaba.
El frío en las soledades,
camanchaca y noche larga.
El hambre de piedra seca
y quejidos que escuchaba.
La vida de muerte lenta
y la lágrima soltada.

Solo:

Las casas desposeídas
y el obrero que esperaba
al sueño que era el olvido,
sólo espina postergada.
El viento en la pampa inmensa
nunca más se terminara.
Dureza de sequedades
para siempre se quedara.
Salitre, lluvia bendita.
se volvía la malvada.
La pampa, pan de los días,
cementerio y tierra amarga.
Seguía pasando el tiempo
y seguía historia mala,
dureza de sequedades
para siempre se quedara.

Coro:

El sol en desierto grande
y la sal que nos quemaba.
El frío en las soledades,
camanchaca y noche larga.
El hambre de piedra seca
y quejidos que escuchaba.
La vida de muerte lenta
y la lágrima soltada.

5. Interludio instrumental.

6. RELATO

Se había acumulado mucho daño,
mucha pobreza, muchas injusticias;
ya no podían más y las palabras
tuvieron que pedir lo que debían.

A fines de mil novecientos siete
se gestaba la huelga en San Lorenzo
y al mismo tiempo todos escuchaban
un grito que volaba en el desierto.

De una a otra Oficina, como ráfagas,
se oían las protestas del obrero.
De una a otra Oficina, los señores,
el rostro indiferente o el desprecio.

Que les puede importar la rebeldía
de los desposeídos, de los parias.
Ya pronto volverán arrepentidos;
el hambre los traerá, cabeza gacha.

¿Qué hacer entonces, que, si nadie escucha?,
hermano con hermano preguntaban.
Es justo lo pedido y es tan poco,
¿tendremos que perder las esperanzas?

Así, con el amor y el sufrimiento
se fueron aunando voluntades.
En un solo lugar comprenderían;
había que bajar al puerto grande.

7. CANCIÓN

Solo :

Vamos, mujer; partamos
a la ciudad.
Todo sera distinto,
no hay que dudar.
No hay que dudar, confía,
ya vas a ver,
porque en Iquique todos
van a entender.
Toma, mujer, mi manta,
te abrigará.
Ponte al niñito en brazos,
no llorará.
No llorará, confía,
va a sonreír.
Le cantarás un canto,
se va a dormir.

Que es lo que pasa, dime,
no calles mas.

Largo camino tienes que recorrer
atravesando cerros, vamos, mujer.
Vamos, mujer, confía, que hay que llegar,
en la ciudad podremos ver todo el mar.

Dicen que Iquique es grande como un salar,
que hay muchas casas lindas, te gustarán.
Te gustarán, confía,
como que hay Dios;
alla en el puerto todo
va a ser mejor.

Que es lo que pasa, dime,
no calles más.

Vamos, mujer; partamos
a la ciudad.
Todo sera distinto,
no hay que dudar.
No hay que dudar, confía,
ya vas a ver,
porque en Iquique todos
van a entender.

8. Interludio instrumental.

9. RELATO

Del quince al veintiuno,
mes de diciembre,
se hizo el largo viaje
por las pendientes.
Veintiséis mil bajaron,
o tal vez mas,
con silencios gastados
en el salar.
Iban bajando ansiosos,
iban llegando
los miles de la pampa,
los postergados.
No mendigaban nada,
solo querían
respuesta a lo pedido,
respuesta limpia.

(Pausa-música)

Algunos en Iquique
los comprendieron
y se unieron a ellos :
eran los gremios.
Y solidarizaron
los carpinteros,
los de la Maestranza,
los carreteros,
los pintores y sastres,
los jornaleros,
lancheros y albañiles,
los panaderos,
gasfiteres y abasto,
los cargadores.
Gremios de apoyo justo,
de gente pobre.

(Pausa-música)

Los señores de Iquique
tenían miedo;
era mucho pedir
ver tanto obrero.
El pampino no era nombre cabal,
podía ser ladrón
o asesinar.
Mientras tanto las casas
eran cerradas,
miraban solamente
tras las ventanas.
El comercio cerró
también sus puertas;
había que cuidarse
de tanta bestia.
Mejor que los juntaran
en algún sitio;
si andaban por las calles
era un peligro.

10. Interludio cantado.

Solo:

Se han unido con nosotros
compañeros de esperanza
y los otros, los más ricos,
no nos quieren dar la cara.

Coro:

Hasta Iquique nos hemos venido
pero Iquique nos ve como extraños.
Nos comprenden algunos amigos
y los otros nos quitan la mano

Solo:

Se han unido con nosotros
compañeros de esperanza
y los otros, los mas ricos,
no nos quieren dar la cara.
Y los otros, los mas ricos,
no nos quieren dar la cara.

11. RELATO

El sitio a que los llevaban
era una escuela vacía
y la escuela se llamaba
Santa Maria.

Dejaron a los obreros,
los dejaron con sonrisas.
Que esperaran, les dijeron,
solo unos días.

Los nombres se confiaron;
no les faltaba paciencia,
ya que habían esperado la vida entera.

Siete días esperaron,
pero que infierno se vuelven
cuando el pan se esta jugando
con la muerte.

Obrero siempre es peligro.
Precaverse es necesario,
así el Estado de Sitio fue declarado.

El aire trajo un anuncio,
se oía tambor ausente.
Era el día veintiuno de diciembre.

12. CANCIÓN

Solo:
Soy obrero pampino y soy
tan reviejo como el que más
y comienza a cantar mi voz c
on temples de algo fatal.

Lo que siento en esta ocasión
lo tendré que comunicar,
algo triste va a suceder
algo horrible nos pasará.

El desierto me ha sido infiel,
sólo tierra cascada y sal,
piedra amarga de mi dolor,
roca triste de sequedad.

Ya no siento más que mudez
y agonías de soledad;
sólo ruinas de ingratitud
y recuerdos que hacen llorar.

Que en la vida no hay que temer,
lo he aprendido ya con la edad,
pero adentro siento un clamor
y que ahora me hace temblar.

Es la muerte que surgirá
galopando en la oscuridad.
Por el mar aparecerá,
ya soy viejo y sé que vendrá.

13. Interludio instrumental.

14. RELATO

Nadie diga palabra,
que llegará
un noble militar,
un General.
El sabrá como hablarles,
con el cuidado
que trata el caballero
a sus lacayos.
El General ya llega
con mucho boato
y muy bien precavido
con sus soldados.
Las ametralladoras
están dispuestas
y estratégicamente
rodean la escuela.

(Pausa-música)

Desde un balcón les habla
con dignidad.

Esto es lo que les dice
el General:
"Que no sirve de nada
tanta comedia.
Que dejen de inventar
tanta miseria.
Que no entienden deberes,
son ignorantes,
que perturban el orden,
que son maleantes.
Que están contra el país,
que son traidores.
Que roban a la patria,
que son ladrones.
Que han violado a mujeres,
que son indignos,
que han matado soldados,
son asesinos.
Que es mejor que se vayan
sin protestar.
Que aunque pidan y pidan
nada obtendrán.
Vayan saliendo entonces
de ese lugar,
que si no acatan órdenes
lo sentirán."

(Pausa-música)

Desde la escuela, "El Rucio",
obrero ardiente,
responde sin vacilar
con voz valiente :

"Usted, señor General,
no nos entiende.
Seguiremos esperando,
así nos cueste.
Ya no somos animales,
ya no rebaños,
levantaremos la mano,
el puño en alto.
Vamos a dar nuevas fuerzas
con nuestro ejemplo
y el futuro lo sabrá,
se lo prometo.
Y si quiere amenazar,
aquí estoy yo.
Dispárele a este obrero
al corazón."

El General que lo escucha
no ha vacilado,
con rabia y gesto altanero
le ha disparado,
y el primer disparo es orden
para matanza,
y así comienza el infierno
con las descargas.

15. CANCIÓN-LETANÍA

Coro:

Murieron tres mil seiscientos uno tras otro.
Tres mil seiscientos mataron uno tras otro.

Solo:

La Escuela Santa María
vio sangre obrera.
La sangre que conocía
sólo miseria.

Coro:

Serían tres mil seiscientos
ensordecidos.
Y fueron tres mil seiscientos
enmudecidos.
La Escuela Santa María
fue el exterminio
de vida que se moría,
sólo alarido.

Coro:

Tres mil seiscientas miradas
que se apagaron.
Tres mil seiscientos obreros
asesinados.

Solo:

Un niño juega en la Escuela
Santa María.
Si juega a buscar tesoros,
¿qué encontraría?

16. CANCIÓN

Solo:

A los hombres de la pampa
que quisieron protestar
los mataron como perros
porque había que matar.

Coro:

No hay que ser pobre, amigo,
es peligroso.
No hay ni que hablar, amigo,
es peligroso.

Solo:

Las mujeres de la pampa
se pusieron a llorar,
y también las matarían
porque había que matar.

Coro:

No hay que ser pobre, amiga,
es peligroso.
No hay que llorar, amiga,
es peligroso.

Solo:

Y a los niños de la pampa,
que miraban nada mas,
también a ellos los mataron
porque había que matar.

Coro:

No hay que ser pobre, hijito,
es peligroso.
No hay que nacer, hijito, e
s peligroso.

Coro:

¿Dónde están los asesinos que mataron por matar?
Lo juramos por la tierra, los tendremos que encontrar.
Lo juramos por la vida, los tendremos que encontrar.
Lo juramos por la muerte, los tendremos que encontrar.

Solo:

Lo juramos, compañeros,
ese día llegará.

17. PREGÓN

Señoras y señores,
aquí termina
la historia de la Escuela
Santa María.
Y ahora con respeto
les pediría
que escuchen la canción
de despedida

18. CANCIÓN FINAL

Solo :

Ustedes que ya escucharon
la historia que se contó
no sigan allí sentados
pensando que ya pasó.
No basta sólo el recuerdo,
el canto no bastará.
No basta sólo el lamento,
miremos la realidad.

Coro:

Quizás mañana o pasado
o bien, en un tiempo más,
la historia que han escuchado
de nuevo sucederá.
Es Chile un país tan largo,
mil cosas pueden pasar
si es que no nos preparamos
resueltos para luchar.
Tenemos razones puras,
tenemos por que pelear.
Tenemos las manos duras,
tenemos con que ganar.

Unámonos como hermanos
que nadie nos vencerá.
Si quieren esclavizarnos
jamás lo podrán lograr.
La tierra será de todos,
también será nuestro el mar.
Justicia habrá para todos
y habrá también libertad.
Luchemos por los derechos
que todos deben tener.
Luchemos por lo que es nuestro,
de nadie mas ha de ser.

(Cambio de trote a cachimbo)

No hay que ser pobre, amigo,
es peligroso.
No hay ni que hablar, amigo,
es peligroso.

Unámonos como hermanos
que nadie nos vencerá.
Si quieren esclavizarnos,
jamás lo podrán lograr.
La tierra será de todos
también será nuestro el mar.
Justicia habrá para todos
y habrá también libertad.
Luchemos por los derechos
que todos deben tener.
Luchemos por lo que es nuestro,
de nadie mas ha de ser.

Unámonos como hermanos
que nadie nos vencerá. (bis)
Si quieren esclavizarnos,
jamás lo podrán lograr.
Si quieren esclavizarnos,
jamás lo podrán lograr. (bis)

CANTATE POPULAIRE SANTA MARIA DE IQUIQUE

1. CHANSON

Solo :
Mesdames et Messieurs,
Nous allons vous raconter
L'histoire que l'Histoire
Préfère oublier.
Au Chili, dans le Grand Nord,
En l'an 1907
A Iquique,
Le malheur s'est abattu.
Là, le pauvre habitant de la Pampa,
Ils tuèrent pour tuer (bis).

Chœur :

Nous ne nous tairons pas :
Nous vous dirons la vérité,
La vérité que fut la mort amère
Des ouvriers du désert.
Notre histoire, sans rien pardonner,
Rappellera le souvenir
De leur deuil douloureux.
Malgré le temps passé
L'oubli n'existe pas
Aussi nous vous demandons
De nous écouter.

2. Prélude instrumental.

3. RÉCIT

Si vous regardez la pampa
Jusque dans ses moindres recoins,
Vous y sentirez la sécheresse du silence,
La terre sans pitié,
Et, comme un désert dans le désert,
Les usines vides.

Mais maintenant souvenez-vous de la pampa
Au temps de l'exploitation du salpêtre.
Rappelez-vous la femme et le foyer sans joie,
L'ouvrier anonyme et l'enfant triste.
Rappelez-vous la pauvre maison de l'ouvrier.
Une bougie éclaire la nudité des murs de taule.
Le lit : un grabat posé sur la terre.
Rappelez-vous aussi les châtiments subis
Le poteau où l'on attachait l'ouvrier,
Où il restait, face au soleil,
Pendant des jours et des jours.
-- Et peu importe qu'à la fin, la vie en lui s'éteigne.
Souvent, la faute de l'ouvrier,
C'était la douleur orgueilleuse qu'il montrait,
La révolte impuissante, une insolence.
Sacrée reste la loi du patron.
Rappelez-vous encore le salaire qu'on leur accordait :
Pas d'argent, des jetons.
Un jeton pour chaque journée de travail.
Un jeton qu'il échangeait contre de la nourriture
Au magasin de l'usine.
Attention ! interdit d'acheter ailleurs
Même si ailleurs la nourriture coûtait moins cher.
Et le pouvoir d'achat de ce pauvre jeton,
Avec le temps s'amenuisait.
Mais pour chaque journée de travail
L'ouvrier recevait toujours un seul jeton.
Une augmentation ?
Pour rien au monde.
Si vous regardez la pampa
Jusque dans ses moindres recoins,
Vous y sentirez la sécheresse du silence.
Mais si vous vous souvenez de la pampa
Comme elle était avant,
Alors vous entendrez des lamentations déchirantes.

4. CHANSON

Chœur :

Le grand soleil du désert
Et le sel nous cuisent.
Le froid des solitudes,
Le gel et la nuit profonde
Nous cuisent.
La plainte et les gémissements
De la pierre desséchée
Nous hantent.
La vie meurt lentement
Et les larmes coulent, légères.

Solo :

Les maisons ne nous appartiennent pas
Et l'ouvrier aspire au sommeil
Qui ouvre les portes où l'oubli
Eloigne la brûlure des souffrances.
Le vent, dans la pampa immense,
Jamais ne cessera.
La rigueur des sécheresses
Jamais ne cessera.
Le salpêtre est une pluie bénie!
Les mauvais jours revenaient.
La pampa, pain des vies
Et cimetière, terre amère.
Le temps continuait de couler
Et continuait l'histoire maudite
Des sécheresses rigoureuses
Qui jamais ne cesseront.

Chœur :

Le soleil du grand désert
Et le sel nous cuisent.
Le froid des solitudes,
Le gel et la nuit profonde
Nous cuisent.
La plainte et les gémissements
De la pierre desséchée
Nous hantent.
La vie meurt lentement
Et les larmes coulent, légères.

5. Interlude instrumental.

6. RÉCIT

Il s'était accumulé tant de honte,
Tant de pauvreté, tant d'injustice!
Jusqu'à l'insupportable. Il ne restait aucun autre moyen
Que de réclamer moins de honte,
Moins de pauvreté, moins d'injustice.
A la fin de l'année 1907
A San Lorenzo, la grève éclatait.
Au même instant, on entendait
Courir un cri par le désert.
D'une usine à l'autre, en rafales,
S'élevait la clameur des ouvriers.
D'une usine à l'autre, ces messieurs les patrons,
Le visage impassible, exprimaient leur mépris.
Que nous importe la révolte
Des miséreux et des parias?
Très vite, ils se repentiront de leur audace.
La faim leur courbera l'échiné.
Que faire alors,
Demandait le frère à son frère ;
Que faire si nul ne nous écoute?
Ce que nous demandons est juste,
Et c'est si peu!
Devrons-nous perdre tout espoir?
Alors, avec l'amour et la souffrance,
Ils rassemblèrent leurs volontés;
Ils décidèrent de descendre vers le grand port
Pour se faire entendre.

7. CHANSON

Solo :

Allons, femme, partons
A la ville.
Tout y sera plus clair,
N'en doute pas.
N'en doute pas, crois-moi,
Tu verras.
A Iquique, tout le monde
Nous comprendra.
Femme, prends mon poncho
II te protégera.
Prends le petit dans tes bras,
II ne pleurera pas. Crois-moi.
Il sourira.
Tu lui chanteras une chanson
Et il s'endormira.
Qu'as-tu, dis-moi, Que tu ne parles pas?
Long est le chemin
A parcourir
A travers les collines.
Allons, femme,
Allons, femme, crois-moi.
Quand nous arriverons à la ville,
Tu verras la mer, toute la mer.
On dit qu'Iquique est grand
Comme le désert de sel;
Qu'il y a beaucoup de belles maisons.
Elles te plairont.
Elles te plairont, crois-moi.
Crois-moi comme tu crois en Dieu.
Là-bas dans le port d'Iquique
Tout va s'arranger.
Qu'as-tu, dis-moi,
Que tu ne parles pas?
Allons, femme, partons
A la ville.
Tout y sera plus clair,
N'en doute pas.
N'en doute pas, crois-moi
Tu verras.
A Iquique, tout le monde
Nous entendra.

8. Interlude instrumental.

9. RÉCIT

Du 15 au 21 du mois de décembre,
Ce fut un long voyage par les monts et les plaines.
Ils étaient vingt-six mille qui marchaient
Avec le lourd silence du désert sur leurs épaules.
Ils descendaient, anxieux.
Par milliers ils arrivaient de la pampa.
Pauvres pourtant et misérables, ils ne mendiaient rien ;
Ils voulaient juste une réponse
A leurs revendications,
Une réponse claire.

(Pause-Musique)

A Iquique, certains ont compris
Et se sont joints aux ouvriers de la pampa,
Les charpentiers, les forgerons, les charretiers
Les peintres et les tailleurs, les journaliers,
Pêcheurs et maçons, boulangers,
Livreurs et dockers, plombiers,
Pauvres, solidaires d'autres pauvres...

(Pause-Musique)

Les beaux messieurs de Iquique tremblaient de peur.
Dame, c'était beaucoup leur demander
Que de voir tant de travailleurs!
L'homme de la pampa n'est pas un homme honnête!
C'est peut-être un voleur ou un assassin!
Les beaux messieurs de Iquique,
Barricadés dans leurs maisons,
Se tenaient aux aguets derrière leurs fenêtres.
Les commerçants aussi tremblaient de peur,
Les charpentiers, les forgerons, les charretiers.
Les magasins fermaient leur porte.
Avec cette racaille, il faut se méfier!
Mieux vaudrait les parquer quelque part;
S'ils circulent dans les rues, c'est dangereux!...

10. Interlude chanté.

Solo :

Ils se sont unis à nous
Les compagnons de l'espérance,
Mais les autres, les riches,
Refusent de montrer leur visage.

Chœur :

Nous sommes venus jusqu'à Iquique
Mais Iquique nous reçoit comme des étrangers.
Quelques amis nous comprennent
Mais les autres nous refusent leur aide.

Solo :

Ils se sont unis à nous
Les compagnons de l'espérance,
Mais les autres, les riches,
Refusent de montrer leur visage.

11. RÉCIT

Une école abandonnée,
L'école Santa Maria,
Servit à parquer les ouvriers.
Us furent enfermés là,
Ils furent enfermés avec douceur, avec des sourires.
« Patientez » leur dit-on,
« Un jour ou deux, pas davantage ».
Les hommes le crurent.
La patience ne manque pas
A ceux qui, déjà, ont attendu la vie entière.
Ils attendirent sept jours.
Ce fut l'enfer; le pain manquait; la mort rôdait;
Mais ils tinrent bon ceux de l'école.
Alors l'état de siège fut décrété.
Le vent apporta la nouvelle :
Le 21 du mois de décembre,
On entendit au loin battre le tambour.

12. CHANSON

Solo :

Je suis un ouvrier de la pampa et je suis
Aussi vieux que le plus vieux.
Et ma voix commence à chanter,
Avec tristesse, le malheur.
Ce que je ressens aujourd'hui
Je dois le dire;
L'amertume va venir, je le sens ;
L'angoisse va nous étreindre.
Le désert m'a été infidèle.
Il m'a seulement été terre malsaine et sel,
Pierre amère de ma douleur,
Roche triste de sécheresse.
Déjà, je ne sens plus que le silence
Et l'agonie des solitudes,
Que les ruines de l'oubli
Et les souvenirs douloureux.
L'âge m'a enseigné
Que dans la vie il ne faut rien craindre,
Mais en moi maintenant
Je sens monter une clameur qui me fait trembler.
La mort surgira
Au galop, de l'obscurité ;
Je le sens. Par la mer elle viendra.
Je suis vieux maintenant,
Mais je sais qu'elle viendra.
13. Interlude instrumental

14. RÉCIT

Personne ne dit rien.
Ils ignoraient, ceux de l'école,
Qu'un dignitaire de l'armée, un général, allait venir.
Lui, il saurait leur parler
Avec l'autorité du maître sur ses esclaves!
-- Pensaient les beaux messieurs de Iquique.
Le général arrive en grande pompe,
Entouré de ses soldats.
Tout autour de l'école
II met en place ses mitrailleuses.

(Pause-Musique)
Du haut d'un balcon, il s'adresse aux ouvriers
Avec fermeté. Et voici ce que le général
A dit : « Vos comédies ne servent à rien.
Vous inventez votre misère.
Celui qui ne comprend pas son devoir
Est un abruti. Qui trouble l'ordre
Est hors la loi. Celui qui se dresse contre son pays
Est un traître. Celui qui vole son pays
Est un bandit. Celui qui viole
Est un misérable. Celui qui tue des soldats de l'armée
Est un criminel. Partez sans protester.
Quoique vous demandiez vous n'obtiendrez rien.
Partez donc. Si vous n'obéissez pas, vous le regretterez. »

(Pause-Musique)

De l'école, le « Rouquin », un ouvrier ardent,
Répondit d'une voix forte :
« Vous ne comprenez pas, monsieur le général.
Nous ne sommes pas du bétail.
Nous ne sommes pas des moutons.
Nous ne partirons pas d'ici quoi qu'il nous en coûte.
Nous resterons, la tête haute, le poing levé.
Et si vous voulez mettre vos menaces à exécution,
allez-y monsieur le général.
Visez-le au cœur cet ouvrier qui se dresse devant vous.
Notre exemple nourrira l'avenir. »
Le général n'a pas hésité un instant.
Avec rage, d'un geste altier, il a visé, il a tiré.
Et ce premier coup de feu fut le signal du massacre.
Ainsi commença l'enfer
Au milieu des salves.

15. CHANSON-LITANIE

Chœur :

Il en mourut 3 600,
Les uns après les autres.
Ils en tuèrent 3 600
Les uns après les autres.

Solo :

L'école Santa Maria
Rougit du sang des ouvriers,
Un sang qui ne connaissait
Que la misère.

Chœur :
Ils furent 3 600
Rendus muets.
Ils furent 3 600
Rendus aveugles.

Solo :

L'école Santa Maria
Fut un seul cri de douleur
Devant le massacre
De tant de vies déjà mourantes.

Chœur :

3 600 regards
S'éteignirent.
3 600 ouvriers
Assassinés.

Solo :

Un enfant joue dans l'école Santa Maria.
S'il joue à chercher un trésor,
Dites, que trouvera-t-il?

16. CHANSON

Solo :
Les hommes de la Pampa
Qui voulaient protester,
On les a tués comme des chiens
Parce qu'il fallait tuer.

Chœur

Il ne faut pas être un pauvre, ami,
C'est dangereux.
Il ne faut pas parler, ami,
C'est dangereux.

Solo:

Les femmes de la Pampa
Pleuraient,
On les a tuées aussi;
Parce qu'il fallait tuer.

Chœur:

Il ne faut pas être un pauvre, amie,
C'est dangereux.
Il ne faut pas pleurer, amie,
C'est dangereux.
Solo:

Les enfants de la Pampa
Qui regardaient,
On les a tués aussi
Parce qu'il fallait tuer.

Chœur:
Il ne faut pas être un pauvre, enfant,
C'est dangereux.
Il ne faut pas venir au monde, enfant,
C'est dangereux.

Solo:

Où sont les assassins
Qui ont tué pour tuer?
Nous le jurons sur la terre,
Nous les retrouverons.
Nous le jurons sur la vie
Nous les retrouverons.
Nous le jurons sur la mort,
Nous les retrouverons.
Nous le jurons, camarades,
Ce jour viendra.

17. CHANSON

Solo:

Mesdames et messieurs,
Ici s'achève
L'histoire de l'école
Santa Maria.
Maintenant nous vous prions
D'écouter avec attention
La dernière chanson.

18. CHANSON FINALE

Solo:

Nous qui avez écouté notre histoire,
Ne restez pas assis
A croire que c'est du passé.
Se souvenir ne suffit pas.
Chanter ne suffit pas.
Pleurer ne suffit pas.
Regardons la vérité en face.

Chœur:

Demain peut-être, ou plus tard,
Ou dans des temps futurs,
La même histoire
Se répétera.
Le Chili est un pays si grand
Que mille choses peuvent arriver
Si, résolus à lutter,
Nous n'y prenons garde.
Nos raisons sont pures,
Et nous savons pourquoi nous combattons.
Nos mains sont rudes
Et nous savons pourquoi nous gagnerons.

Unissons-nous en frères,
Personne ne nous vaincra.
S'ils veulent nous asservir,
Ils n'y parviendront pas.
La terre appartiendra à tout le monde,
La mer aussi nous appartiendra.
La justice sera la même pour tout le monde
Et tout le monde jouira de la liberté.
Nous luttons pour les droits
Que tout le monde devrait avoir en partage.
Nous luttons pour ce qui nous appartient
Et qu'on nous a ôté.

Il ne faut pas être un pauvre, ami,
C'est dangereux.
Il ne faut pas parler, ami,
C'est dangereux.

Unissons-nous en frères,
Personne ne nous vaincra.
S'ils veulent nous asservir,
Ils n'y parviendront pas.
La terre appartient à tout le monde,
La mer aussi nous appartiendra.
La justice sera la même pour tout le monde
Et tout le monde jouira de la liberté.
Nous luttons pour les droits
Que tout le monde devrait avoir en partage.
Nous luttons pour ce qui nous appartient
Et qu'on nous a ôté.
Unissons-nous en frères,
Personne ne nous vaincra, (bis)
S'ils veulent nous asservir,
Ils n'y parviendront pas.
S'ils veulent nous asservir,
Ils n'y parviendront pas. (bis)


ROLANDO ALARCÓN

COPLAS DEL PAJARITO

En la rama de un nopal
se quejaba un pajarito,
todos quieren gobernar
con cadenas y con grillos.

Ay sí, ay no,
pajarito de mi corazón,
ay sí, ay no,
pajarito lleno de dolor.

Hermanos americanos,
levantemos la cabeza
y pidamos a los hombres
que se cumplan las promesas .

Hermanos americanos,
nuestra tierra no es tan pobre,
pero vienen desde lejos
y nos dejan sin un cobre.

Cuando un pobre pide ayuda,
se la niegan al momento,
le cuentan tantas historias
que el pobre se va contento.

Y si hay que pagar impuestos
mandan primero al pobre
que el rico se esta ocupando
de echar el dinero en un sobre.

La Patria pide a sus hijos
el respeto y la cordura,
los hijos dan a la patria
gobernantes de piel dura.

En la rama de un nopal
el pajarito no canta,
de mirar tanta injusticia
se le secó la garganta.

LES STROPHES DU PETIT OISEAU

Dans la ramure d'un nopal
Gémissait un petit oiseau.
Ils veulent tous gouverner
Avec des fers et des chaînes.

Mais oui, mais non,
Petit oiseau de mon cœur,
Mais oui, mais non,
Petit oiseau plein de douleur.

Frères américains,
Relevons la tête
Et demandons aux hommes
De tenir leurs promesses.

Frères américains,
Notre terre n'est pas si pauvre,
Mais ils viennent de loin
Et nous laissent sans le sou.
Quand un pauvre réclame de l'aide,
On la lui refuse aussitôt
Pour lui raconter tant d'histoires
Qu'il s'en retourne satisfait.

Et quand il s'agit de payer les impôts,
C'est au pauvre qu'on s'adresse en premier
Puisque le riche est occupé
A mettre de l'argent de côté.

La patrie exige de ses enfants
Le respect et la sagesse.
Les enfants offrent à leur patrie
Des gouvernants à la peau dure.
Dans la ramure d'un nopal
Le petit oiseau ne chante plus.
A contempler tant d'injustice,
Sa gorge s'est tue.


TITO FERNÁNDEZ

POLCA

En tiempo de Jesucristo
echaban a los leones
a todos los que escuchaban
sus prédicas y sermones;
había mucha pobreza,
epidemias por montones,
generales chupamedias
y senadores jaibones;
había cristianos flacos
y emperadores guatones.

Giren todos.

Existían los milagros,
la gente se conformaba,
doblaban el espinazo,
trabajaban, trabajaban.
En otro sector distinto
las bostas privilegiadas
se desmugraban en leche,
engordaban, engordaban,
como chanchas pa' la fiesta,
bien cebadas, bien cebadas.

Otro giro.

Si usted mira bien las cosas
que estábamos conversando,
después de bastantes siglos
recién se están arreglando,
de a poco a poco, mi amigo,
nos vamos equilibrando,
las villas disminuyendo,
las fábricas aumentando;
si usted se fija en las calles
hay menos pobres andando.

Atención las parejas :
vamos a realizar un hermoso y constructivo
giro hacia la izquierda,
listos, listos,
nos fuimos.
En nuestro tiempo es distinto,
distinto como usted ve;
el emperador se ha ido
por el hoyo del WC.
Y aunque a veces nos ensucia
la pantalla de tevé,
el circo de los guatones
pa' United States se fue.
Ya nadie se baña en leche :
se aprovecha en la niñez.

Mucho ojo las parejas :
vamos a realizar ahora un giro hacia la derecha.

Dios nos libre y nos guarde.
Listos, listos,
nos fuimos.
Si no existieran pelados
que viven despotricando
ni periodistas vendidos
que cobran por engañarnos,
no habría cabros piluchos
por las noches tiritando,
ni gente en los paraderos
esperando y esperando;
iría mucho más rápido
este proceso de cambios.

Cantando mucho se aprende
de la historia verdadera
y bailando se enriquece
la musculatura entera.
A bailar polca, chiquillos,
que es bueno pa'l corazón,
que mueran los tontos graves
y el subgerente gruñón
y los pulpos que se comen
las sobras del tiburón.

POLKA

A l'époque de Jésus-Christ
On jetait aux lions
Ceux qui venaient écouter
Ses prédications et ses sermons.
La pauvreté faisait rage,
Les épidémies se comptaient par milliers,
Les généraux étaient des lèche-cul
Et les sénateurs de grosses légumes.
Les chrétiens n'avaient que la peau et les os
Mais la panse des empereurs était pleine.

Tout le monde tourne.

Des miracles avaient lieu.
Les gens se résignaient
Et courbaient l'échiné.
Ils travaillaient et travaillaient encore.
Pendant ce temps
Les privilégiés de merde
Prenaient des bains de lait.
Ils grossissaient, grossissaient encore,
Comme des cochons pour la fête
Engraissés et engraissés encore.

Un tour de plus.

Si vous regardez avec objectivité les choses
Dont nous nous entretenons,
Vous admettrez qu'après tant de siècles
Elles commencent aujourd'hui à s'arranger
Peu à peu, mes amis.
Nous allons trouver notre équilibre;
Les bourgades se dépeuplent
Et les usines se multiplient.
Lorsque vous regardez les rues
Vous y voyez moins de pauvres.

Je demande aux couples toute leur attention.
Nous allons effectuer un tour à gauche
Harmonieux et constructif.
Nous sommes prêts? Nous sommes prêts?
Allons-y.

Aujourd'hui tout est différent,
Comme vous pouvez le constater.

L'empereur a disparu
Par le trou des WC.
Et bien qu'il salisse parfois encore
L'écran de notre téléviseur,
Le cirque des pansus
S'en est allé vers les Etats-Unis.
Personne ne prend plus de bains de lait.
Le lait, on le donne aux enfants (1).

Ecoutez-moi bien, les couples.
Maintenant nous allons effectuer un tour à droite.
Remettons-nous en à Dieu.
Nous sommes prêts? Nous sommes prêts?
Allons-y.

S'il n'y avait pas ces déplumés
Qui ne cessent de rouspéter,
S'il n'y avait pas ces journalistes pourris
Qui se font graisser la patte pour nous berner,
On ne rencontrerait plus d'enfants en haillons
Tremblant de froid dans la nuit.
Aux arrêts d'autobus les gens
N'attendraient plus sans espoir.
Le changement
Se ferait plus vite.

En chantant, on apprend beaucoup
Sur la façon dont se fait l'histoire.
En dansant on s'assouplit
Les muscles.
Danser la polka, les enfants,
C'est se fortifier le cœur.
Que disparaissent les pisse-froid,
Les petits chefs grognons
Et les pieuvres qui dévorent
Les restes du requin.


PAYO GRONDONA

EL HOMBRE ACTUAL

Yo soy un nombre normal
porque vivo con comodidad
y uso ropa importada,
con nadie discuto nada;
por supuesto tengo un club
donde bebo pisco sour.

Yo soy un nombre importante
y leo editoriales
y tengo antigüedades,
también corro en mi Volkswagen
y mis hijos van al collège,
mi mujer arregla flores.

Yo vivo de lo esencial,
es decir como asados,
con las guerras me distraigo,
veo fútbol por tevé
hago el amor frente a Pelé.

Yo soy un nombre normal
yo soy el hombre actual,
tengo mucha imaginación,
siempre doy buena impresión
y me encanta el folklore y hasta respeto la opinión.

L'HOMME ACTUEL

Je suis un homme normal
Car je vis dans le confort.
Je porte des vêtements coupés à l'étranger.
Je ne me dispute avec personne.
Bien entendu j'appartiens à un club
Où je vais boire mon pisco sour (2)

Je suis un homme important.
Je lis les éditoriaux.
Je collectionne les antiquités.
Je roule en Volkswagen (3)
Mes enfants vont au collège
Et ma femme pratique l'art fleural.

Je me contente de l'essentiel.
Je savoure mes grillades au feu de bois.
Les guerres sont ma distraction.
Je regarde le football à la télé
Et je fais l'amour face à Pelé.

Je suis un homme normal.
Je suis un homme de mon temps.
J'ai beaucoup d'imagination.
Le folklore me charme
Je respecte même l'opinion des autres.


VICTOR JARA

CANTO LIBRE

El verso es una paloma
que busca donde anidar;
estalla y abre las alas
para volar y volar.

Mi canto es un canto libre
que se quiere regalar
a quien estreche su mano,
a quien quiere disparar.

Mi canto es una cadena
sin comienzo ni final,
y en cada eslabón se encuentra
el canto de los demás.

Sigamos cantando juntos
a toda la humanidad,
que el canto es una paloma
que vuela para alcanzar,
estalla y abre sus alas
para volar y volar.

CHANT LIBRE

La poésie est une colombe
Qui cherche où se poser.
Ailes ouvertes, elle s'épanouit
Pour voler et voler encore.

Mon chant est un chant libre
Qui s'offre
A celui qui accepte sa main,
A celui qui prend un fusil.

Mon chant est une chaîne
Sans commencement ni fin.
Chacun de ses maillons unit
Le chant des autres.

Continuons de chanter ensemble
Pour l'humanité entière.
Le chant est une colombe
Qui vole vers l'infini.
Ailes ouvertes, il s'épanouit
Pour voler et voler encore.

PREGUNTAS POR PUERTO MONTT

Muy bien, voy a preguntar
por ti, por ti, por aquél,
por ti que quedaste solo
y el que murió sin saber
que murió sin saber.

Murió sin saber por qué
le acribillaban el pecho
luchando por el derecho
de un suelo para vivir.

Ay, que ser mas infeliz
el que mandé a disparar
sabiendo como evitar
una matanza tan vil.
Puerto Montt, oh Puerto Montt.

Usted debe responder
señor Pérez Zujovic,
por que al pueblo indefenso
contestaron con fusil.

Señor Pérez, su conciencia
la enterró en un ataúd,
y no limpiará sus manos
toda la lluvia del sur.

Murió sin saber por qué
le acribillaban el pecho
luchando por el derecho
de un suelo para vivir.

Ay, que ser mas infeliz
el que mando a disparar
sabiendo como evitar
una matanza tan vil.
Puerto Montt, oh Puerto Montt.

QUESTIONS POUR PUERTO MONTT

Très bien, je vais te poser des questions
Pour toi, pour toi, pour lui.
Pour toi qui te retrouves seul,
Pour lui qui est mort sans comprendre.

Il est mort sans comprendre pourquoi
Sa poitrine se criblait de balles,
Celui qui se battait pour le droit
A une terre où vivre.

Ah! Y a-t-il plus misérable
Que l'homme qui a fait ouvrir le feu
Quand il pouvait très bien éviter
Une tuerie aussi abjecte?
Puerto Montt, ô Puerto Montt.

Vous devez répondre
Monsieur Pérez Zujovic (4)
Pourquoi a-t-on opposé le feu
Au peuple sans défense?

Monsieur Pérez, votre conscience
Vous l'avez enfouie dans un cercueil.
Toute la pluie du Sud
N'arrivera pas à laver vos mains.

Il est mort sans comprendre pourquoi
Sa poitrine se criblait de balles,
Celui qui se battait pour le droit
A une terre où vivre.
Ah! Y a-t-il plus misérable
Que l'homme qui a fait ouvrir le feu
Quand il pouvait très bien éviter
Une tuerie aussi abjecte?
Puerto Montt, ô Puerto Montt.

EL DERECHO DE VIVIR EN PAZ

El derecho de vivir,
poeta Ho Chi Minh,
que golpea de Vietnam
a toda la humanidad
ningún cañon borrará,
el surco de tu arrozal,
el derecho de vivir en paz.

Indochina es el lugar
más allá del ancho mar
donde revienta la flor
con genocidio y napalm;
la luna es una explosión
que funde todo el clamor,
el derecho de vivir en paz.

Indochina es el lugar
más allá del ancho mar
donde revientan la flor
con genocidio y napalm;
la luna es una explosión
que funde todo el clamor,
el derecho de vivir en paz.

Tío Ho, nuestra canción
es fuego de puro amor,
es palomo del palomar,
olivo del olivar;
es el canto universal,
cadena que hará triunfar
el derecho de vivir en paz.

LE DROIT DE VIVRE EN PAIX

Le droit de vivre en paix,
Poète Ho Chi Minh,
Toi qui du Vietnam inspires
L'humanité tout entière.
Aucun canon n'effacera
Le sillon de tes rizières
Ni le droit de vivre en paix.
L'Indochine est un pays
Au-delà de la vaste mer
Où flamboie la fleur
Du génocide et du napalm.
La lune vole en éclats.
Il en jaillit une clameur,
Le droit de vivre en paix.

L'Indochine est un pays
Au-delà de la vaste mer
Où flamboie la fleur
Du génocide et du napalm.
La lune vole en éclats.
Il en jaillit une clameur,
Le droit de vivre en paix.

Oncle Ho, notre chanson
Est un brasier de pur amour.
C'est la colombe du colombier,
C'est l'olive de l'olivier,
C'est le chant de l'univers,
La chaîne qui fera triompher
Le droit de vivre en paix.

TE RECUERDO, AMANDA

Te recuerdo, Amanda,
la calle mojada
corriendo a la fábrica
donde trabajada Manuel.

La sonrisa ancha,
la lluvia en el pelo;
no importaba nada,
ibas a encontrarte
con él, con él, con él.

Son cinco minutes,
la vida es eterna; en cinco minutes
suena la sirena de vuelta al trabajo
y tu caminando lo iluminas todo;
los cinco minutos te hacen florecer.

Te recuerdo, Amanda,
la calle mojada
corriendo a la fábrica
donde trabajaba Manuel.

La sonrisa ancha,
la lluvia en el pelo;
no importaba nada,
ibas a encontrarte
con él, con él, con él.

Que partió a la sierra,
que nunca hizo daño,
que partió a la sierra,
y en cinco minutos
quedo destrozado.

Suena la sirena
de vuelta al trabajo;
muchos no volvieron,
tampoco Manuel.

Te recuerdo, Amanda,
la calle mojada
corriendo a la fábrica
donde trabajada Manuel.

JE ME SOUVIENS DE TOI, AMANDA

Je me souviens de toi, Amanda,
De la rue mouillée.
Tu courais vers l'usine
Où travaillait Manuel.

Ton sourire épanoui,
Ta chevelure sous la pluie,
Plus rien n'avait d'importance.
Tu allais te retrouver
Avec lui, avec lui, avec lui.

Cinq minutes,
La vie est éternelle.
Cinq minutes,
La sirène retentit.
Le travail reprend.
Et toi tu t'avances,
Et toi tu rayonnes.
Cinq minutes
Tu t'ouvres comme une fleur.

Je me souviens de toi, Amanda,
De la rue mouillée.
Tu courais vers l'usine
Où travaillait Manuel.

Ton sourire épanoui,
Ta chevelure sous la pluie,
Plus rien n'avait d'importance.
Tu allais te retrouver
Avec lui, avec lui, avec lui.

Il partit pour la sierra,
Lui qui n'avait jamais fait le mal.
Il partit pour la sierra
Et en cinq minutes
II fut brisé.
La sirène retentit.
Le travail reprend.
Beaucoup ne revinrent pas,
Parmi eux Manuel.

Je me souviens de toi, Amanda,
De la rue mouillée.
Tu courais vers l'usine
Où travaillait Manuel.

EL ALMA LLENA DE BANDERAS

Ahí
Debajo de la tierra
No estás dormido hermano, compañero
Tu corazón oye brotar la primavera
Que como tú
Soplando irá en los vientos
Ahí
Enterrado cara al sol
La nueva tierra cubre tu semilla
La raíz profunda se hundirá
Y nacerá la flor del nuevo día
A tus pies heridos llegarán
Las manos del humilde llegarán
Sembrando.
Tu muerte muchas vidas traerá
Que hacia donde tu ibas marcharán
Cantando.
Allí,
Donde se oculta el criminal
Tu nombre brinda al rico muchos nombres
El que quemó tus alas al volar
No apagará el fuego de los pobres
Aquí.
Hermano, aquí sobre la tierra
El alma se nos llena de banderas
Que avanzan
Contra el miedo,
¡ Venceremos !

L'AME GONFLÉE DE DRAPEAUX (5)

Là,
Sous la terre,
Tu ne dors pas, mon frère, mon camarade.
Ton cœur écoute sourdre le printemps
Dont le souffle, comme le tien,
Va se mêler aux vents.

Tu es enterré, le visage tourné vers le soleil.
La terre fraîche recouvre ta semence.
La profonde racine s'enfouira
Et la fleur de l'aube nouvelle apparaîtra.
Près de ton corps meurtri,
Les mains du pauvre viendront
Semer.
De ta mort naîtront de nouvelles vies
Qui iront en chantant
Par les chemins que tu voulais prendre.

Où se cache celui qui t'a tué,
Ton nom est une accusation pour les riches.
Celui qui brûla tes ailes dans leur vol
N'éteindra pas la flamme des pauvres.
Ici,
Frère, ici sur cette terre,
Notre âme est gonflée de drapeaux.
Nous avançons
Et nous défions la peur.
Nous vaincrons!

PLEGARIA A UN LABRADOR

Levántate y mira la montaña
de donde viene
el viento, el sol y el agua.
Tu que manejas el curso de los ríos,
tu que sembraste el vuelo de tu alma,
levántate y mirate las manos,
para crecer estréchala a tu hermano,
juntos iremos
unidos en la sangre,
hoy es el tiempo que puede ser mañana.
Libranos de aquel que nos domina
en la miseria,
tráenos tu reino de justicia
e igualdad,
sopla como el viento la flor
de la quebrada,
limpia como el fuego
el canon de mi fusil.
Hágase por fin tu voluntad
aquí en la tierra,
danos tu fuerza y tu valor
al combatir,
sopla como el viento
la flor de la quebrada,
limpia como el fuego
el canon de mi fusil.
Levántate y mirate las manos,
para crecer estréchala a tu hermano,
juntos iremos
unidos en la sangre,
ahora y en la hora
de nuestra muerte,
amén.

PRIÈRE POUR UN LABOUREUR

Lève-toi et regarde la montagne
D'où viennent
Le vent, le soleil et l'eau.
Toi qui conduis la course des fleuves,
Toi qui as semé l'élan de ton âme,
Lève-toi et regarde tes mains.
Pour te sentir moins seul, prends celle de ton frère.
Ensemble nous irons
Unis dans le sang.
Voici venus nos lendemains.
Délivre-nous de celui qui nous maintient
Dans la misère.
Apporte-nous ton règne de justice
Et d'égalité.
Souffle comme le vent
La fleur du ravin.
Purifie par le feu
Le canon de mon fusil.
Que ta volonté soit faite
Sur la terre.
Accorde-nous ta force et ton courage
Pour notre combat.
Souffle comme le vent
La fleur du ravin.
Purifie par le feu
Le canon de mon fusil.
Lève-toi et regarde tes mains.
Pour te sentir moins seul, prends celle de ton frère.
Ensemble nous irons
Unis dans le sang.
Maintenant et à l'heure
De notre mort.
Amen.

MANIFIESTO (1973)

Yo no canto por cantar
Ni por tener buena voz,
Canto porque la guitarra
Tiene sentido y razón.
Tiene corazón de tierra y alas de palomita.
Es como el agua bendita,
Santigua glorias y penas.
Aquí se encajo mi canto como dijiera Violeta.
Guitarra trabajadora con olor a primavera,
Que no es guitarra de ricos,
Ni cosa que se parezca.
Mi canto es de los andamios
Para alcanzar las estrellas.
Que el canto tiene sentido
Cuando palpita en las venas
Del que morirá cantando
Las verdades verdaderas.
No las lisonjas fugaces
Ni las famas extranjeras
Sino el canto de una lonja
Hasta el fondo de la tierra.
Ahí donde llega todo
Y donde todo comienza
Canto que ha sido valiente
Siempre será canción nueva.

MANIFESTE

Je ne chante pas pour chanter
Ni pour me faire la voix belle.
Je chante parce que la guitare
Est amour et raison.
Elle est le cœur de la terre
Et les ailes de la colombe.
Elle est l'eau bénite
Qui sanctifie les gloires et les peines.
C'est en elle que s'est ancré mon chant.
Comme dirait la Violeta.
Guitare des travailleurs
Aux effluves de printemps,
Tu n'es pas guitare de riches
Ni rien qui y ressemble.
Mon chant a escaladé les échafaudages
Pour atteindre les étoiles.
Le chant est inspiré
Quand il bat dans les veines
De celui qui va mourir en chantant
les vérités bonnes à dire.
Les flatteries éphémères
Et la gloire qu'on va chercher à l'étranger
Ne valent pas le chant des racines
Dans les entrailles de la terre.
Là où tout est possible,
Là où tout commence,
Un chant de bravoure
Sera toujours un chant nouveau.


PATRICIO MANNS

BOLIVARIANA

Quien me enseñó lo que canto,
quién me ensenó ? Yo no sé.
Preguntaselo a la tierra,
que ella te va a responder.
Lo que la tierra no enseña
nadie lo puede aprender.

¡Ay hermano que preguntas,
si alguien te ensenara a ver!
Así como al hombre pudren
entre barrotes y piedras,
el bello rostro del llano
con ciudades encarcelan,
pero la tierra de pronto
revienta lo que la aprieta.
¡Ay hermano encarcelado,
si en sismo te convirtieras!

Así también la colina
por arado es degollada
y en vez de morir sangrando
sueño y voz por la garganta,
de la herida que abrió el hierro
saltan los frutos que cantan:
¡Ay hermano si aprendieras
a cosechar lo que plantas!

Aprende lo que no sabes del agua que te rodea:
por nubes corre en el cielo, rueda en ríos por la tierra,
pero la mar en su seno la junta y le da su fuerza:
¡Ay hermano abre tu pecho para otra vez cuando bebas!

Humillado desde siglos
vivimos desentendiendo
y nos pasamos la vida
separándonos con miedo
mientras la fuerza enemiga
se nutre de nuestro suelo:
¡Ay hermano si entendieras
que solos nada valemos!

En la Patria Americana
solo hay un muro que existe:
Al Norte hay un pueblo alegre
y al Sur, treinta pueblos tristes
¡Qué miraste en esta vida
mi hermano, que no lo viste?
¡Aprende a ganar como hombre
lo que nunca defendiste !

BOLIVARIENNE

Qui m'a appris ce que je chante?
Qui me l'a appris?
Je n'en sais rien.
Demande-le à la terre,
Elle t'apportera la réponse.
Ce que la terre ne t'apprend pas,
Personne ne pourra te l'apprendre.
Ah! mon frère, tu poses ces questions
Parce que personne ne t'a aidé à voir.

Comme ils laisseint pourrir les hommes
Entre les barreaux et les pierres,
Ils emprisonnent avec des villes
Le beau visage de la plaine.
Mais la terre aussitôt
Se débarrasse de ce qui l'entrave.
Ah! mon frère, toi qui es en prison,
Si tu te faisais tremblement de terre.

C'est ainsi que la colline
Est égorgée par la charrue.
Mais au lieu de mourir exangue,
Elle laisse les rêves et les mots
S'écouler de la blessure ouverte par le soc.
Et surgissent les fruits qui chantent.
Ah! mon frère, si tu apprenais
A récolter ce que tu sèmes.

Apprends ce que tu ne sais pas.
Apprends l'eau qui te cerne.
Elle court par le ciel à travers les nuages,
Elle roule par les rivières sur la terre.
Mais la mer en son sein
L'appelle pour lui confier sa puissance.
Ah! mon frère, ouvre ton cœur
La prochaine fois que tu boiras.

Humiliés depuis des siècles,
Nous vivons sans comprendre
Et nous passons notre vie
A nous quitter dans la peur
Tandis que la force de nos ennemis
Se nourrit de notre sol.
Ah! mon frère, si tu savais
Que désunis nous ne sommes rien.
Au sein de la patrie américaine
II n'y a qu'un mur.

Au nord il y a un peuple gai
Et au sud trente peuples tristes.
Qu'as-tu regardé dans la vie,
Mon frère, pour ne pas t'en être aperçu?
Apprends à lutter en homme
Pour ce que tu n'as jamais protégé.

ELEGÍA PARA UNA MUCHACHA ROJA

Nació en un pueblo donde el sol
llueve su lluvia de hidromiel;
donde los trenes, desde el riel,
manchan con humo el arrebol
y la naranja es un farol
que multiplica luz frutal
y en que la abeja colosal
trota los aires con pasión
para guardar en un cajón
rubios misterios de cristal.

Fue un largo invierno su niñez,
hambre y distancias que borrar,
con los cuadernos de escolar
y las heridas en los pies.

Peregrinar de cuando en vez,
más y más lejos del hogar,
sin un madero que quemar,
sin una mano que coger,
sin una luz que defender,
pero una llaga que cerrar.

Así creció la compañera,
áspera llama combativa,
siempre golpeada y ofendida
por una ráfaga de cera,
la compañera.

Se la trago la gran ciudad
con tanta ropa que lavar,
con tanta lena que cortar,
con tanta gris necesidad.
Hizo trabajo de verdad :
sirvió en la mesa del gandul,
cosió en un siglo un traje azul,
estuvo un día sin bordar,
y guardó el tiempo de soñar
en lo mas hondo del baúl.

Entonces vio la compañera
que había un mundo que cambiar;
que era preciso batallar
en busca de la primavera,
y con revuelta cabellera,
y con dos manos desgarradas,
se confundió en la marejada
que destrozaba los cimientos
del viejo mundo descontento,
para hacer limpia la alborada.

Así luchó la compañera,
áspera llama combativa,
siempre golpeada y ofendida
por una ráfaga de cera,
la compañera.

Con mano roja desplomo
piedra por piedra la pared;
fue interminable como red,
fue una bandera que flameo,
fue una leona que atacó,
fue cama dulce y fue pañuelo,
fue vigilante en el desvelo,
fue brazo y trueno combatiente,
hasta que un tiro simplemente,
cubrió su corazón de hielo.

Así cayó la compañera,
condecorada por su herida,
la más hermosa, la elegida
bajo la piel de las banderas,
la compañera.

ÉLÉGIE POUR UNE JEUNE RÉVOLUTIONNAIRE

Elle naquit dans un village où le soleil
Verse une pluie d'hydromel,
Où les trains depuis leurs rails
Souillent de fumée le crépuscule;
Les oranges sont des fanaux
De lumière flamboyante.
D'opulentes abeilles
Sillonnent fiévreusement les airs
Pour ramener dans leur ruche
De blonds mystères de cristal.

Son enfance fut un long hiver
De faim, de chemins à parcourir,
Avec ses cahiers d'écolière
Et ses pieds meurtris.
De temps à autre, elle s'éloignait,
Chaque fois un peu plus, de son foyer.
Jamais une bûche pour l'âtre,
Jamais une main à saisir,
Jamais une lumière qui fut sienne.
Seulement ses plaies à refermer.

Ainsi grandit notre camarade,
Apre flamme combative,
Toujours frappée et humiliée
Par les coups du destin,
Notre camarade.

Elle fut happée par la grande ville.
Et tous ces vêtements qu'elle dut laver,
Et tout ce bois qu'elle dut couper,
Et toute cette misère qu'elle dut subir.
Elle sut vraiment ce qu'était le travail.
Elle servit à la table d'un paresseux.
Elle mit un siècle à coudre un habit bleu.
Elle n'avait plus le temps de broder
Et enfouissait au plus profond d'une malle
Le temps de rêver.

C'est alors que notre camarade comprit
Qu'il fallait changer le monde,
Qu'il fallait lutter
A la recherche du printemps.
Les cheveux en désordre,
Les mains en sang,
Elle se fondit dans la marée haute
Qui rongeait les fondements
Du vieux monde désenchanté,
Pour purifier l'aube.
Ainsi lutta notre camarade,
Apre flamme combative,
Toujours frappée et humiliée
Par les coups du destin,
Notre camarade.
De ses mains rouges elle détruisit
Pierre par pierre le mur.
Elle se répandit comme un filet.
Elle fut le drapeau qui flotte,
Le lion qui bondit;
Elle fut la douceur du lit, le mouchoir;
Elle fut la conscience dans la veille;
Elle fut le bras et la foudre dans le combat
Jusqu'à ce qu'une balle
Vienne jeter de la glace dans son cœur.
Ainsi tomba notre camarade,
Avec sa blessure pour médaille,
Elle, la plus belle, l'unique,
Dans le pan du drapeau,
Notre camarade.


SERGIO ORTEGA

UNA VEZ

Una vez un yanqui yo encontré
incendiando una aldea vietnamita,
otra vez al yanqui yo encontré
destrozado el corazón con dinamita,
y desde entonces no dejo de pensar
dime, Nixon, que fin te ha de esperar.

Nixon, Nixon, Hitler, Franco y Mussolini,
cuatro jerarcas de la escoria,
cuatro canallas de la Historia,
Nixon, Nixon, Hitler, Franco y Mussolini
en el sitial privilegiado de la bestialidad.

En un río oscuro del Vietnam
en un barco que bogaba a la deriva,
los infantes dejaron de cantar
arrasados por el fuego vietnamita,
y desde entonces no dejo de pensar
dime, Nixon, que fin te ha de esperar.
Nixon, Nixon, Hitler, Franco y Mussolini.

UN JOUR

Je rencontrai un jour un Yankee
Qui était en train d'incendier un village au Vietnam.
Un autre jour je retrouvai ce Yankee
Le cœur broyé par la dynamite.
Et depuis lors je ne cesse de songer
A ce qui t'attend, dis-moi, Nixon.

Nixon, Nixon, Hitler, Franco et Mussolini,
Vous les quatre satrapes de la fange,
Vous les quatre canailles de l'Histoire,
Nixon, Nixon, Hitler et Mussolini,
En ce lieu privilégié de la bestialité.

Au Vietnam, sur un fleuve d'ombres,
Sur une barque qui va à la dérive,
Des marines cessent de chanter,
Arrosés par le feu vietnamien.
Depuis lors, je ne cesse de songer
A ce qui t'attend, dis-moi, Nixon.
Nixon, Nixon, Hitler, Franco et Mussolini.

NIXON

A ti quién te ha de matar;
dime, Nixon, que respondes;
que de acuerdo tú has de estar
que también te corresponde
porque tú eres presidente
de ese gran país del Norte,
tú te debes preguntar
a ti quién te ha de matar.

Una madre vietnamita será,
o la esposa de un negrito quizás,
una baja en las acciones será
o tu vicepresidente quizás.

Che Guevaras no se matan,
ni a los negros se destruye,
en Vietnam desde hace tiempo
sangre yanqui fluye y fluye;

si eso le ocurre al soldado,
cómo no has de preguntar,
tembloroso y preocupado,
a ti quién te ha de matar.

Una madre vietnamita será,
o la esposa de un negrito quizás,
una baja en las acciones será
o tu vicepresidente quizás.

NIXON

A celui qui vient te tuer,
Dis-moi, Nixon, que vas-tu dire?
Il te faut admettre
Qu'un jour ton heure sonnera aussi,
Puisque tu es le président
De ce grand pays du Nord.
Il te faut te demander
Qui va être ton justicier.

Sera-ce une mère vietnamienne
Ou, pourquoi pas, l'épouse d'un pauvre Noir?
Ce sera peut-être la chute de la Bourse
Ou bien ton vice-président.

On ne tue pas les Che Guevara.
On n'extermine pas les Noirs.
Au Vietnam depuis longtemps déjà
Le sang yankee coule et coule encore.
Puisque tel est le sort que tu réserves à tes soldats,
Comment ne te demandes-tu pas,
Soucieux et tremblant,
Qui va être ton justicier?

Sera-ce une mère vietnamienne
Ou, pourquoi pas, l'épouse d'un pauvre Noir?
Ce sera peut-être la chute de la Bourse
Ou bien ton vice-président.


SERGIO ORTEGA CLAUDIO ITURRA

VENCEREMOS

Desde el hondo crisol de la Patria
se levanta el clamor popular,
ya se anuncia la nueva alborada
todo Chile comienza a cantar.
Recordando el soldado valiente
cuyo ejemplo lo hiciera inmortal
enfrentemos primero la muerte,
¡traicionar a la Patria, jamás!

Venceremos, venceremos,
mil cadenas habrá que romper
venceremos, venceremos,
la miseria sabremos vencer.

Campesinos, soldados y obreros,
la mujer de la Patria también,
estudiantes, empleados, mineros,
cumpliremos con nuestro deber.

Sembraremos las tierras de gloria,
socialista sera el porvenir,
todos juntos seremos la historia
a cumplir, a cumplir, a cumplir.

Venceremos, venceremos,
mil cadenas habrá que romper
venceremos, venceremos,
la miseria sabremos vencer.

NOUS VAINCRONS

Du creuset de la patrie
S'élève la clameur du peuple.
Voici venir l'aube nouvelle,
Le Chili tout entier se met à chanter.
En mémoire du vaillant soldat
Dont le souvenir est immortel,
Nous allons affronter la mort
Et nous ne trahirons jamais la Patrie.

Nous vaincrons, nous vaincrons.
Il nous faudra rompre mille chaînes.
Nous vaincrons, nous vaincrons.
Nous saurons écraser la misère.

Paysans, soldats et ouvriers,
Femmes du peuple,
Étudiants, employés et mineurs,
Nous accomplirons notre devoir.
Nous couvrirons de gloire notre terre.
L'avenir sera socialiste.
Tous unis nous forcerons l'Histoire
A s'accomplir, à s'accomplir, à s'accomplir.

Nous vaincrons, nous vaincrons.
Il nous faudra rompre mille chaînes.
Nous vaincrons, nous vaincrons.
Nous saurons écraser la misère.


SERGIO ORTEGA QUILAPAYUN

EL PUEBLO UNIDO JAMAS SERA VENCIDO

De pie, cantar
que vamos a triunfar
avanzan ya
banderas de unidad
y tu vendrás
marchando junto a mi
y así verás
tu canto y tu bandera
florecer, la luz
de un rojo amanecer
anuncian ya
la vida que vendrá.
De pie, luchar
el pueblo va a triunfar
sera mejor
la vida que vendrá
a conquistar
muestra felicidad
y en un clamor
mil voces de combate
se alzaran, dirán
CANCIÓN de libertad
con decisión
la patria vencerá.

La patria está
forjando la unidad
de norte a sur
se movilizará
desde el salar
ardiente y mineral
al bosque austral
unidos en la lucha
y el trabajo irán.
La patria cubrirán
su paso ya
anuncia el porvenir.

De pie cantar
el pueblo va a triunfar
millones ya
imponen la verdad
de acero son
ardiente batallón
sus manos van
llevando la justicia
y la razón, mujer
con fuego y con valor
ya estás aquí junto al trabajador.

Y ahora, el pueblo
que se alza en la lucha
con voz de gigante
gritando : ¡Adelante!

El pueblo unido
jamás sera vencido.

LE PEUPLE UNI NE SERA JAMAIS VAINCU

Debout. Chantons.
Nous allons triompher.
Déjà s'avancent
Les drapeaux de l'unité.
Tu vas venir.
Tu marcheras à mes côtés.
Tu verras
Ton chant et ton drapeau
S'épanouir. La lumière
D'une aube rouge
Annonce
Une vie nouvelle.

Debout. Luttons.
Le peuple va triompher.
La vie qui vient
Sera meilleure.
Partons à la conquête
De notre bonheur.
Dans une clameur
Mille voix de combat
S'élèveront pour chanter
Un chant de liberté.
La patrie est résolue
Et elle vaincra.

La patrie
Forge son unité.
Du nord au sud
Elle mobilise.
Des mines
Brûlantes et désertiques
Jusqu'aux forêts australes
Ils vont s'unir dans la lutte
Et le travail.
Sur la patrie
Ils vont déferler.
Leurs pas déjà
Annoncent l'avenir.

Debout. Chantons.
Le peuple va triompher.
Ils sont déjà des millions
A imposer la vérité.
Ils sont l'acier
D'un ardent bataillon.
Leurs mains promettent
La justice
Et la raison. Toi, femme
Exaltée et courageuse,
Ta place est ici
A côté des travailleurs.

Et maintenant le peuple
Qui se dresse dans la lutte
Avec une voix de titan
S'écrie : En avant!
Le peuple uni ne sera jamais vaincu.


ANGEL PARRA

PATRIA NUEVA

Solo un cantor de medianoche
puede cantarle a las estrellas
y solo un pueblo que lucha
podrá enderezar su senda.

Solo una loica que canta
sus penas de pecho rojo
conoce a los cazadores
desde lo alto y de reojo.

Igual que el sol alumbrará
esta Patria que comienza
hay que sembrar y cosechar
y hacer de trigo un caudal.

Sólo el surco del sembrado
sabe cuidar la semilla,
así mismo nuestro pueblo
sabrá cuidar sus conquistas.

Nunca se lamenta el roble
cuando lo van a cortar,
porque sabe que a su muerte
muchos robles nacerán.

LA NOUVELLE PATRIE

Seul un chanteur de minuit
Peut s'adresser aux étoiles,
Seul un peuple en lutte
Peut infléchir son destin.

Seul le rouge-gorge qui chante
La blessure de sa poitrine ensanglantée
Sait repérer le chasseur
Au premier coup d'œil.

Comme le soleil illumine
Notre patrie naissante,
Il nous faut semer et récolter
Pour faire du blé notre force.
Seul le sillon des semailles
Sait protéger le grain.
A son exemple notre peuple
Saura préserver ses conquêtes.
Jamais le chêne ne murmure
Lorsqu'on vient l'abattre
Car il sait qu'à sa mort
Naîtront d'autres chênes.

EL BANQUERITO

Esta sufriendo el banquero,
que penitas llevará.
Será Vietnam, sera Biafra
lo que lo hace llorar.

Ay, pobrecito, el banquero
llora y llora de dolor
con todos sus milloncitos
en Suiza o en Nueva York.

¡Por que lloras, banquerito?
Ven y dime la verdad :
¿será el Perú, será Cuba
la causa de tu penar,
los amantes de tu esposa,
tu precoz senilidad?

Nuestro banquero es un hombre
de mucha capacidad;
él trafica con el hambre,
la angustia, la libertad;
todo lo vuelve dinero
con su talento y bondad.

El banquero tiene diarios,
radios y televisión,
y con carino reparte
lo que él llama información;
si la noticia es de USA,
él le da su bendición.

También el banquero
tiene a su servicio un partido,
para que decir el nombre
si es de todos conocido.

El partido lo defiende
si se llega a equivocar,
le regala una embajada en
Francia o en otro lugar.

El banquero y sus millones
y su tremenda decencia
anda en busca de un lugar
donde se vendan conciencias,
porque a la que tuvo un día
se le acabo la paciencia.

LE PETIT BANQUIER

Le banquier passe son temps à souffrir.
Quels seront ses prochains petits chagrins?
Sera-ce le Vietnam ou le Biafra
Qui fera couler ses larmes?

Ah! pauvre petit banquier
Qui pleure et pleure de chagrin
Pendant que ses petits millions
Sont en Suisse ou à New York.

Pourquoi pleures-tu petit banquier?
Viens ici et dis-moi tout.
Est-ce le Pérou ou Cuba
Qui te causent du chagrin?
Sont-ce les amants de ta femme
Ou ta précoce sénilité?

Notre banquier est un homme
De grandes ressources.
Il spécule sur la faim.
L'angoisse et la liberté.
Il fait de l'argent avec tout
Grâce à son talent et à sa bonté.

Le banquier est le propriétaire de journaux,
De radios et de télévisions.
Avec bienveillance il diffuse
Ce qu'il appelle l'information.
Toute nouvelle qui provient des U.S.A.
Obtient sa bénédiction.

Le banquier a aussi
Un parti à son service.
Pourquoi le nommer
Puisque tout le monde le connaît.
Ce parti s'occupe de lui
Quand il lui arrive de commettre une erreur.
Il lui offre une ambassade
En France ou ailleurs.

Le banquier, ses millions
Et sa grande pudeur
Sont à la recherche d'un marché
Où l'on vende des consciences.
Celle qu'il avait jadis
A perdu patience.

LA TELEVISIÓN

La televisión entrega paz, amor, felicidad,
deseos incontenibles de vivir en sociedad,
de ganar mucho dinero para poderlo gastar,
tomando whisky en las rocas como dice Cary Grant.
Con la TV me dan ganas de comprar rifles y bombas,
asesinar un anciano y nadar en Coca-Cola.
Que apasionante es la tele con sus videos de amor
con prostitutas que se salvan al casar con un señor
30 años mayor que ella y millonario el bribón.
En programas para niños hay cosas extraordinarias;
cómo matar a una madre, como derribar murallas.
Cómo ganamos los blancos contra los indios canallas
que no quieren dar sus tierras a cambio de una medalla.
Este medio cultural y también de información
permite asistir a misa mientras tomamos un ron;
la publicidad nos da en cama la religión.
Por fin, la televisión, con generosa armonía,
es consuelo de los pobres y niñas en soltería.
Es estudioso el sociólogo que la define muy bien
pero llegado el momento se sienta a ver TV.
Y yo también.

LA TELEVISIÓN

La televisión apporte paix, amour, bonheur,
Désir irrépressible de vivre en société
Et de gagner beaucoup d'argent pour le gaspiller
A boire des whiskies on thé rocks comme Gary Grant.
La télé donne envie d'acheter des fusils et des bombes,
D'assassiner un vieillard et de nager dans le Coca-Cola.
Combien passionnante est la télé avec ses histoires d'amour
Où des prostituées font leur salut en épousant de vieux salauds
De milliardaires, de trente ans leurs aînés.
Les programmes pour enfants donnent des conseils extraordinaires :
Comment tuer sa mère ou faire sauter un mur.
On y apprend comment les Blancs se sont débarrassés de la racaille indienne
Qui ne voulait pas troquer ses terres contre des médailles.
Ce moyen de culture et d'information
Permet d'assister à la messe en sirotant un rhum.
La publicité nous apporte la religion au lit.
Enfin la télévision, miracle d'harmonie et de générosité,
Soulage les pauvres et les célibataires.
Le sociologue s'épuise à lui trouver un sens
Puis, le moment venu, comme tout le monde il s'assoit devant elle.
Moi aussi.


ISABEL PARRA

YO SOY LA HORMIGA VECINA

De que le sirve al humano
detenerse en las estrellas
cuando vemos que de pobres
esta sembrada la Tierra.
Declare con humildad,
yo soy la hormiga vecina
que contemplaba las rosas
separando las espinas.

En este peregrinar
se cruzaron diferencias
entre abundancias ingratas
y el frío de las conciencias.
Con los ojos bien abiertos
la vida me dio razón
de que al grito de justicia
se desarma el tiburón.

Me llega por la mañana
fragancia de un a violeta,
y su perfume se clava
como un mensaje en mi puerta;
me dice, viene otra vida
donde seremos hermanos,
no me digan que las flores
se olvidaron del humano.

Le canto sin amargura,
me refugio en la confianza
de un pueblo que ha desatado
las llaves de la esperanza.
Y si mi voz se desviara
del camino denunciante,
le pusiera mil candados,
le dijera que no cante.

JE SUIS LA FOURMI VOTRE VOISINE

Que sert à l'homme
De rêver aux étoiles
Alors qu'autour de lui, de pauvreté
La terre est semée?
Je le dis avec humilité :
Je suis la fourmi, votre voisine
Qui contemplait les rosés
Et ôtait leurs épines.

Au hasard de mes errances,
J'ai vu l'inégalité
Côtoyer l'opulence scandaleuse
Et la conscience indifférente.
Quand mes yeux se sont ouverts,
La vie m'a donné raison.
En criant justice,
On désarme le requin.

Le matin m'apporte
Les effluves d'une violette.
Comme un message à ma porte,
Il m'annonce une autre vie
Où nous serons tous frères.
Ne me dites pas que les fleurs
Ont oublié les hommes.

Je chante sans amertume.
Je me réfugie dans la confiance
D'un peuple qui a retrouvé
La clef de l'espérance.
Si ma voix s'écartait du droit chemin,
Je lui poserais mille cadenas.
Je l'étoufferais pour qu'elle ne chante plus.

AYUDEME USTED

Ayudeme usted, compadre,
a afinar esta guitarra,
hay que levantar la voz
cuando aprietan las amarras.
Ayudeme usted, compadre,
a hacer callar al hambriento,
no es de puro caprichoso
que se alimenta de viento.
Ayúdeme usted, compadre,
a decirle a Su Excelencia
que al pueblo que le confiaron
se le acabó la paciencia.

Ayúdeme, comadrita,
a servir la olla común;
ya ni se acuerda el chileno
que sabor tiene el atún.

Ayúdeme usted, compadre,
resuélvame este problema;
de donde sacará el pobre
remedio para su pena.

Ayúdeme usted, comadre,
a tejer un gran chamanto
para abrigar a mi pueblo
que esta hilvanando este canto.

AIDEZ-MOI

Aidez-moi, l'ami,
A accorder cette guitare.
Il faut élever la voix
Quand nos amarres nous entravent.

Aidez-moi, l'ami,
A faire taire celui qui a faim;
Ce n'est pas par caprice
Qu'il se nourrit de vent.

Aidez-moi, l'ami,
A dire à Son Excellence
Que le peuple qui lui a été confié
A perdu patience.

Aidez-moi, m'amie,
A servir la soupe pour tout le monde.
Le Chilien a oublié
Jusqu'au goût du thon.

Aidez-moi, l'ami,
A trouver la solution de mon problème
Où le peuple trouvera-t-il
Remède à sa peine?

Aidez-moi, m'amie,
A tisser un grand chamanto (6)
Pour abriter mon peuple
Qui a sécrété le fil de ce chant.

LA COMPAÑERA RESCATABLE

Me imponen la ley del hielo :
no les cabe en la cabeza
porque tengo este apellido
y un pasado de burguesa.
Es verdad que ahora mi vida
giró de naturaleza ;
pero no por cosa rara
ni por cambiar de pareja.

Basta de frivolidades,
me denunció la conciencia.
Déjate de atrocidades,
que Chile no es « Providencia ».
Menos mal que mi marido
comprendió y tuvo paciencia
de verme así, de repente,
metida en nuevas audiencias.

La De Luca no me mira
ni me incluye en el tecito
porque dice que me ha visto
en la izquierda y dando gritos.
Mis parientes ya no quieren
en sus casas mis tres niños
porque dicen que la mami
descendió a los conventillos.

Un as lenguas ya comentan
que estoy arriba del carro.
Le apuesto que en pocos años
voy a reparar el daño :
es cierto que he visto el hambre,
ya sé lo que es el engaño
Ya mis años de indolencia
los entierro en negros paños.

Les digo que soy sincera :
me encuentro entre las gentes
que confían y trabajan
con el nuevo presidente ;
y aunque mi casa se eleva
en un barrio muy pudiente
desde aquí mismo me lanzo
luchando con este Frente.

LA CAMARADE QUI VEUT SE RACHETER

Le vide se fait autour de moi;
On n'arrive pas à admettre
Le nom que je porte
Ni mon passé de bourgeoise.
Et pourtant le sens de ma vie
N'est plus le même.
N'y voyez aucune raison trouble,
N'y cherchez pas l'influence d'un homme.

Assez de frivolités
M'a dit ma conscience.
Renonce à ton inconduite.
Le Chili ne se limite pas à Providencia (7)
Encore heureux que mon mari
M'ait comprise et ait eu la patience
De me voir brusquement
Mêlée à de nouveaux venus.

La De Luca ne me parle plus
Et ne m'invite plus à prendre le thé
Car elle prétend m'avoir vue
Crier dans une manifestation de gauche.
Ma famille ne veut plus recevoir
Chez elle mes trois enfants

Parce qu'on prétend que leur mère
S'est commise dans les bidonvilles.
De mauvaises langues assurent
Que je me suis fourvoyée jusqu'ici.
Je vous parie qu'en peu d'années
Je vais réparer mes fautes.
N'oubliez pas que j'ai connu la faim
Et que je sais ce qu'est le mensonge.
Croyez-moi, mes années d'indifférence
Je les ai ensevelies dans des draps noirs.

Je vous affirme que je suis sincère.
Je me trouve maintenant au milieu de gens
Qui ont confiance en leur nouveau président
Et travaillent avec lui.
Ma maison se dresse peut-être
Dans un quartier chic;
C'est d'elle pourtant que je me lance
Dans la lutte des forces populaires.

DEME SU VOZ, DEME SU MANO

Deme su voz, deme su mano,
deje la puerta abierta que busco amparo.

Racimos de tentaciones
quieren cambiar mi destino;
como perros juguetones
se cruzan en mi camino.
De que me voy a cuidar
si la vida se me arranca
en medio de nubarrones
que aprisionan mi garganta?

Deme su voz, deme su mano,
deje la puerta abierta que busco amparo.

Me cuido de las miradas,
de las palabras ingratas,
de los malos pensamientos
que se cruzan como lanzas.
No quiero mirar el sol
si brilla con insolencia
cuando la lluvia acaricia
con infinita paciencia.

Deme su voz, deme su mano,
deje la puerta abierta que busco amparo.
Leyendas de encantamientos
construyen los elementos
que se enredan por mi pena
con todo su desconcierto.
En medio de estos abismos
brilló una luz de improviso
que deslizó por mis venas
las llaves del paraíso.

Deme su voz, deme su mano,
deje la puerta abierta que busco amparo.

Paloma de incertidumbre,
tu estabas acostumbrada
a gozar con los temores
de una alma desamparada.
Claveles multicolores,
fragancias del alhelí
florecen para ...
a cambio de mis dolores.

Deme su voz, deme su mano,
deje la puerta abierta que busco amparo.

DONNE-MOI TA VOIX, DONNE-MOI TA MAIN

Donne-moi ta voix, donne-moi ta main,
Laisse ta porte ouverte, j'ai besoin d'un refuge.

Des grappes de tentations
Prétendent changer mon destin,
Comme des chiens folâtres
Qui croiseraient mon chemin.
A quoi bon me faire du souci
Puisque ma vie m'est arrachée
Au moment où de gros nuages
Étouffent ma gorge.
Donne-moi ta voix, donne-moi ta main,
Laisse ta porte ouverte, j'ai besoin d'un refuge.

Je me protège des regards,
Des mots ingrats,
Des mauvaises pensées
Qui s'entremêlent comme des lances.
Je ne veux pas contempler le soleil
Et ses rayons insolents
Lorsque la pluie fait patte de velours
Avec une infinie patience.

Donne-moi ta voix, donne-moi ta main,
Laisse ta porte ouverte, j'ai besoin d'un refuge.

Des légendes enchanteresses
Font valser les éléments
Qui s'enchevêtrent pour mon malheur
En un désordre indescriptible.
Au fond de ces abîmes
Tout à coup une lueur a brillé;
Elle a glissé dans mes veines
Les clefs du paradis.

Donne-moi ta voix, donne-moi ta main,
Laisse ta porte ouverte, j'ai besoin d'un refuge.

Colombe de l'incertitude,
Tu étais habituée
A te moquer des craintes
D'une âme désemparée.
Des œillets de toutes les couleurs,
Des giroflées enbaumées
Fleuriront pour moi
Comme pour me dédommager de mes souffrances.

Donne-moi ta voix, donne-moi ta main,
Laisse ta porte ouverte, j'ai besoin d'un refuge.


OSVALDO RODRIGUEZ

LAURA

Te quedará de mi ese aire frío de los pájaros sin mar
y ese clima sin fin. Como de lentos ascensores que no están
el viento soñará. En las cornisas con tu pelo de mujer
la lluvia traerá una pregunta que no puedo responder.

Laura : tu nombre se recordará en esta CANCIÓN lejos ;
yo estaré lejos de mi pueblo una vez mas o tal vez no; o tal vez no.

Puedes llevarte el sol : ese verano que en cenizas se volvió
contigo morirán hasta las huellas de asfalto y del papel
ya no te contaré mi itinerario de viajero sin final
y para siempre así; aunque la piel de la memoria siga igual.
Laura : tu nombre se recordará en esta canción lejos ;
yo estaré lejos de mi pueblo una vez mas o tal vez no; o tal vez no.

De ti se acordarán esas banderas que mi pueblo levante
en ellas vivirás como consigna triste de un amanecer
Me quedará en la piel una presencia de otra piel que no espero
y se recordará esa manera de perderte una vez mas.

Laura : tu nombre se recordará en esta canción lejos ;
yo estaré lejos de mi pueblo una vez mas o tal vez no; o tal vez no.

LAURA

Il te restera de moi cet air froid des oiseaux sans mer
Et ce climat sans fin. Comme des ascenseurs lents et absents
Sera le bruit du vent. Sur les corniches, avec tes cheveux de femme,
La pluie posera une question qui n'a pas de réponse.

Laura, cette chanson rappellera ton nom.
Loin, je serai loin de mon peuple encore une fois,
Ou peut-être pas, peut-être pas.

Tu peux emporter le soleil, cet été réduit à des cendres.
Avec toi mourront mêmes les traces de l'asphalte et du papier.
Je ne te raconterai pas mon itinéraire de voyageur sans fin
Et pour toujours ainsi, bien que la peau de la mémoire reste fidèle.
Laura, cette chanson rappellera ton nom.
Loin, je serai loin de mon peuple encore une fois,
Ou peut-être pas, peut-être pas.

Ces drapeaux hissés par mon peuple se souviendront de toi.
Tu vivras en eux comme le triste insigne d'une aube.
Il me restera sur la peau la présence d'une autre peau qui n'a pas attendu;
Et elle se souviendra, cette façon de te perdre une fois encore.

Laura, cette chanson rappellera ton nom.
Loin, je serai loin de mon peuple encore une fois,
Ou peut-être pas, peut-être pas.

VALPARAÍSO

Yo no he sabido nunca de su historia, un día naci allí sencillamente.
El viejo puerto vigiló mi infancia con rostro de fría indiferencia.
Porque no naci pobre y siempre tuve un miedo inconcebible a la pobreza.

Yo les quiero contar lo que he observado
para que lo vayamos conociendo.
El habitante encadeno las calles,
la lluvia destiné las escaleras,
un manto de tristezas fue cubriendo
los cerros con sus calles y sus niños.

Y vino el temporal y la llovizna
con su carga de arena y desperdicio,
por ahi paso la muerte muchas veces,
la muerte que enluto a VALPARAÍSO.
Y una vez mas el viento como siempre
limpió la cara de este puerto herido.

Pero este puerto amarra como el hambre.
No se puede vivir sin conocerlo,
no se puede dejar sin que nos falte
la brea, el viento sur los volantines,
el pescador de jaivas que entristece
nuestro paisaje de la costanera.

Yo no he sabido nunca de su historia,
un día nací allí sencillamente.
El viejo puerto vigiló mi infancia
con rostro de fría indiferencia.
Porque no nací pobre y siempre tuve
un miedo inconcebible a la pobreza.

VALPARAISO

Je n'ai jamais rien su de son histoire.
J'y suis simplement né un jour.
Le vieux port a veillé sur mon enfance
Avec un visage de froide indifférence.
Parce que je ne suis pas né pauvre, j'ai toujours eu
Une peur effroyable de la misère.

Je vais vous raconter ce que j'ai observé
Pour que nous en sachions plus long.
L'habitant a mis des chaînes aux rues.
La pluie a délavé les escaliers.
Un manteau de tristesse a recouvert
Les collines, ses rues et ses enfants.

Et la tempête est venue, et le crachin
Chargé de sable et de déchets.
La mort est souvent passée par là,
La mort qui a endeuillé Valparaiso.
Encore une fois le vent a purifié
Comme toujours la figure de ce port meurtri.

Mais ce port nous agrippe comme la faim.
Nous ne pouvons pas vivre sans le connaître.
Nous ne pouvons pas le quitter sans que nous manquent
Le brai, le vent dans les cerfs-volants,
Le pêcheur de crabes qui assombrit
Notre vue du bord de mer.

Je n'ai jamais rien su de son histoire.
J'y suis simplement né un jour.
Le vieux port a veillé sur mon enfance
Avec un visage de froide indifférence.
Parce que je ne suis pas né pauvre, j'ai toujours eu
Une peur effroyable de la misère.

LEJANA COMPAÑERA

Recordaré tu manos así
lejana compañera
manos que dibujaban
por mi nuestra pequeña historia.

En el recuerdo te veo barrer
el cuarto de estudiantes
luego correr a alcanzar el tren
con tu pelo en el aire.

Juntos y de la mano salir
por las calles del puerto
comprar allí las cosas
de ayer para adornar la pieza.

En una plaza está la pobreza
comiendo una manzana
somos nosotros dos caminando
vestidos de uniforme.

La distancia es igual que un tamiz
Suaviza los recuerdos
a nuestro lado caen así
los suaves y serenos.

Todas las cosas viven al fin
Son como tu presencia
y ya no temo de recordar
solo temo al olvido.

COMPAGNE LOINTAINE

Je me souviens de tes mains,
Compagne lointaine,
Tes mains qui dessinaient pour moi
Notre petite histoire.

Dans ma mémoire, je te vois balayer
Notre chambre d'étudiant
Puis courir pour attraper ton train,
Tes cheveux dans le vent.

Ensemble, nous tenant par la main,
Nous sortions dans les rues du port
Acheter les vieilleries
Qui décoreraient notre chambre.

Sur une place, la misère
Mange une pomme.
Nous marchons
Habillés pareillement.

La distance est comme un harnais,
Elle adoucit les souvenirs. Ils tombent à nos côtés,
Suaves et sereins.

Tout vit enfin.
Tout est à l'image de ta présence.
Je ne crains plus de me souvenir,
Je crains seulement d'oublier.

CARTA URGENTE PARA QUE VUELVAS A LA CIUDAD

Hasta aquí me llegó la fortaleza.
Ya no puedo luchar contra el olvido.
Hoy te amo y me duele; aquí en el centro
como un aire que aleja tu cintura.

Ya no puedo escribir lo que se siente.
Vivo días buscando las palabras.
Qué color tendrá el sueño que te cubre?
A que huele la arena que te oculta?

Necesito las cosas que he perdido
tanto como las cosas que he olvidado.
Háblame del aroma de la lluvia
del sonido sutil de la neblina.

Hoy me canso de hablarle a las aceras.
La montaña no quiere decir nada.

Aquí el sol continua como siempre.
Vivo en una ciudad de indiferencia.
Envuelve en tu pañuelo una mirada.
Cuéntame del sonido de las piedras.
Háblame de las lineas de horizonte
Porque aquí donde vivo hay sólo calles.

Me he quedado mirando hacia el costado
como un niño perdido en una plaza.
La condena que cumplen los faroles
alumbrando dos pasos que te buscan?
Mi figura reflejan las vitrinas.
Si no vuelves ahora, no me encuentras.
El tiempo me hace guiños como espejo
y los arboles me hacen jugarretas.

LETTRE URGENTE POUR QUE TU REVIENNES A LA VILLE

Mon courage ne me permet pas d'aller plus loin.
Je ne peux plus lutter contre l'oubli.
Aujourd'hui je t'aime; ici en ville une sorte de brise
Qui éloigne ta taille me fait mal.

Je ne peux pas écrire ce que je ressens.
Je passe des journées entières à chercher mes mots.
Quelle couleur a donc le rêve qui te recouvre?
Et quelle odeur le sable qui te cache?

J'ai besoin des choses que j'ai perdues
Autant que des choses que j'ai oubliées.
Parle-moi de l'odeur de la pluie
Et du murmure délicat de la brume.

Aujourd'hui je suis fatigué de parler aux trottoirs.
La montagne ne veut rien dire (8)
Ici le soleil poursuit sa course éternelle.
Je vis dans une ville d'indifférence.

Enveloppe un regard dans ton mouchoir.
Raconte-moi le bruit des pierres.

Dis-moi les lignes d'horizon
Parce qu'ici où j'habite il n'y a que des rues.
Je suis resté à regarder vers la côte
Comme un enfant perdu sur une grande place.
Quelle peine purgent ces réverbères
Qui éclairent les pas qui te cherchent?

Les vitrines me renvoient mon visage.
Si tu ne reviens pas maintenant, tu ne me trouveras pas.
Le temps me fait des clins d'œil comme un miroir
Et les arbres me jouent de sales tours.



Notes:

1. Pendant l'Unité populaire, tous les enfants recevaient chaque matin un demi-litre de lait gratuitement. Cette distribution a été arrêtée dès la prise de pouvoir par la junte.

2. Le pisco sour est un cocktail très apprécié dans beaucoup de pays d'Amérique du Sud, un cocktail dont l'élément de base est l'eau-de-vie de raisin, le pisco.

3. Tout autant qu'un signe extérieur de richesse, la Volkswagen est au Chili un symbole de réussite sociale

4. Ministre de l'Intérieur, Edmundo Pérez Zujovic peut être tenu pour le responsable direct du massacre des pobladores à Puerto Montt en 1969.

5. Hommage à Miguel Angel Aguilera, un étudiant tué à Santiago, place Tropezón, lors d'une manifestation

6. Sorte de poncho coloré originaire du sud du Chili, en pays araucan.

7. Providencia est une avenue de Santiago qui longe les beaux quartiers.

8. Par beau temps on aperçoit la Cordillère des Andes depuis le centre de Santiago.


Edición digital del Centro Documental Blest el 07feb02
Capitulo Anterior Proximo Capitulo Sube