La Nouvelle Chanson Chilienne

Chansons de printemps

Le ventre de la mère
et le ventre de la terre

les prémices de la nouvelle chanson chilienne

Les textes ci-après ont été choisis par Jean Clouzet.

Les chansons d'Osvaldo Rodriguez (sauf Canción de Ezeiza) ont été traduites par Arthur Gillette, et La Cantata Santa Maria de Iquique par Marc Normant. Toutes les autres traductions sont dues à Jean Clouzet et Orlando Jimeno.

VIOLETA PARRA

LA CARTA

Me mandaron una carta
por el correo temprano,
en esa carta me dicen
que cayó preso mi hermano
y sin compasión con grillos
por las calles lo arrastraron. ¡Si!

La carta dice el motivo
que ha cometido Roberto:
haber apoyado el paro
que ya se había resuelto;
si acaso esto es un motivo,
presa voy también, sargento.¡Si!

Yo que me encuentro tan lejos
esperando una noticia
me viene a decir la carta
qu'en mi patria no hay justicia;
los hambrientos piden pan,
plomo les da la milicia. ¡Si!

De esta manera pomposa
Quieren conserva su asiento
los de abanico y de frac
Sin tener merecimiento
Van y vienen de la iglesia
Y olvidan los mandamientos.
Habráse visto insolencia,
barbarie y alevosía
de presentar el trabuco
y matar a sangre fría
a quien no tiene defensa
con las dos manos vacías. ¡Si!

La carta que me mandaron
me pide contestación;
yo pido que sa propale
por toda la población
qu'el «Léon» es un sanguinario
en toda generación. ¡Si!

Por suerte tengo guitarra
y también tengo mi voz,
también tengo siete hermanos,
fuera del que se engrilló,
todos comunistas con el favor de mi Dios. ¡Si!

LA LETTRE

Je viens de recevoir une lettre
Par le premier courrier du matin.
Cette lettre m'annonce
Que mon frère a été arrêté
Et sans pitié, avec les fers aux pieds,
Traîné par les rues.
La lettre révèle le crime
Commis par Roberto :
Avoir soutenu une grève
Qui était déjà terminée.
Si c'est un crime,
Alors je dois rejoindre mon frère en prison, sergent.

Moi qui suis si loin
A attendre de ses nouvelles,
Cette lettre vient m'apprendre
Qu'il n'y a pas de justice dans mon pays.
Ceux qui ont faim réclament du pain
Et la milice leur donne du plomb.
Avec beaucoup de morgue,
Ils veulent se maintenir en place
Ces hommes en habit, avec leur éventail
Et leur absence de mérites.
Ils entrent à l'église, en sortent
Et oublient aussitôt les Commandements.
On aura vu l'insolence,
La barbarie et la perfidie
Sortir leur fusil
Et tuer de sang-froid
Celui qui n'a pour se défendre
Que ses mains nues.

La lettre que je viens de recevoir
Exige une réponse.
Il faut que l'on sache
Dans le peuple
Que «le Lion» (1) est un fauve sanguinaire
Et l'a toujours été.

J'ai encore heureusement ma guitare
Et ma voix.
J'ai aussi sept frères et sœurs
En plus de Roberto qui est derrière les grilles.
Tous sont communistes
Par la grâce de mon Dieu.

HACE FALTA UN GUERRILLERO

Quisiera tener un hijo
brillante como un clavel,
ligero como los vientos,
para llamarlo Manuel
y apellidarlo Rodríguez,
el mas preciado laurel.

De niño le ensenaría
lo que se tiene que hacer
cuando nos venden la patria
como si fuera alfiler.
Quiero un hijo guerrillero
que la sepa defender.

La patria ya tiene al cuello
la soga de Lucifer;
no hay nombres que la defiendan,
ni obrero ni montañés.
Soldados hay por montones,
ninguno como Manuel.

Levántese de la tumba,
hermano, que hay que pelear;
ora de no, su bandera
se la van a tramitar.
En estos ocho millones
no hay un pan que rebanar..

Me abrigan las esperanzas
que mi hijo ha de nacer
con una espada en la mano
y el corazón de Manuel;
para ensenarle al cobarde
a amar y a corresponder.

Las lágrimas se me caen
pensando en el guerrillero;
como fué Manuel Rodríguez
debieran haber quinientos,
pero no hay uno que valga
la pena en este momento.. .

Repito y vuelvo a decir,
cogollito de romero,
perros serviles mataron
a traición al guerrillero.
Pero no podrán matarlo
jamás en mi pensamiento.

IL NOUS FAUT UN GUERRILLERO

Je voudrais avoir un fils
Beau comme un œillet,
Léger comme le vent,
Pour lui donner Manuel comme prénom
Et Rodriguez (2) comme nom,
Le plus précieux des lauriers.

Dès l'enfance, je lui enseignerais
Ce qu'il faut faire
Quand on vend notre patrie
comme on vend une aiguille.
Je veux un fils guérillero
Qui sache la défendre.

La patrie a déjà au cou
La corde de Lucifer.
Pas un homme pour la défendre,
Pas un ouvrier, pas un montagnard,
Des soldats, il y en a des milliers
Mais pas un comme manuel.

Lève-toi de ta tombe,
Mon frère, il faut lutter
Sinon notre drapeau
Sera berné.
Nous sommes huit millions
Et pas un qui fasse le poids.

Je garde l'espoir
Que mon fils naîtra
Avec une épée à la main
Et le cœur de Manuel,
Pour apprendre aux lâches
L'amour et la reconnaissance.

Mes larmes coulent
Lorsque je pense au guérillero
Que fut Manuel Rodriguez.
Il nous en faudrait cinq cents comme lui
Mais je ne vois personne qui fasse
L'affaire en ce moment.

Je le dis et je le redis,
Petit brin de romarin,
Les chiens serviles ont tué
Par traîtrise le guérillero,
Mais ils ne pourront jamais l'effacer
De mon cœur.

Y ARRIBA QUEMANDO EL SOL

Cuando fui para la pampa
llevaba mi corazón
contento como un chirihue,
pero allá se me murió;
primero perdí las plumas
y luego perdí la voz.
Y arriba quemando el sol.

Cuando vi de los mineros
dentro de su habitación,
me dije: mejor habita
en su concha el caracol
o a la sombra de las leyes
el refinado ladrón.
Y arriba quemando el sol.

Las hileras de casuchas
frente a frente, si señor,
las hileras de mujeres
frente al único pilón,
cada una con su balde,
con su cara de aflicción.
Y arriba quemando el sol.

Paso por un pueblo muerto,
se me nubla el corazón;
aunque donde habita gente
la muerte es mucho mayor:
enterraron la justicia,
enterraron la razón.
Y arriba quemando el sol.

Si alguien dice que yo sueño
cuentos de ponderación,
digo que esto pasa en Chuqui
pero en Santa Juana es peor;
el minero ya no sabe
lo que vale su dolor.
Y arriba quemando el sol.

Me volví para Santiago
sin comprender el color
con que pintan la noticia
cuando el pobre dice no;
abajo la noche es oscura,
oro, salitre y carbón.
Y arriba quemando el sol.

ET LA-HAUT CE SOLEIL QUI BRÛLÉ

Lorsque je suis partie pour la pampa,
Mon cœur
Chantait comme un chirihue (3)
Mais il est mort là-bas.
J'ai d'abord perdu mes plumes
Puis ma voix s'est brisée.
Et là-haut ce soleil qui brûle.

Quand j'ai vu les mineurs
Dans leurs maisons,
Je me suis dit que dans sa coquille
L'escargot est plus à l'aise
Tout comme sous la protection des lois
Le voleur raffiné.
Et là-haut ce soleil qui brûle.

Les files de baraques
Qui se font face, oui, monsieur,
Les files de femmes
Devant l'unique point d'eau,
Chacune avec son seau
Et son visage de détresse.
Et là-haut ce soleil qui brûle.

Je traverse un village mort,
Mon cœur s'emplit de nuages.
Là où les hommes vivent,
La mort serait préférable.
On a enterré la justice,
On a enterré la raison.
Et là-haut ce soleil qui brûle.

Si quelqu'un prétend que j'ai rêvé
Ou que j'exagère,
Je réponds que cela se passe à Chuqui (4)
Et qu'à Santa Juana c'est pire.
Le mineur ne connaît plus
Le prix de sa douleur.
Et là-haut ce soleil qui brûle.

Je suis revenue à Santiago
Sans comprendre cette façon mensongère
Dont on parle du pauvre
Quand il ose dire non.
Sous terre, la nuit obscure,
L'or, le salpêtre, le charbon,
Et là-haut ce soleil qui brûle.

YO CANTO LA DIFERENCIA

Yo canto a la chillaneja
si tengo que decir algo,
y no tomo la guitarra
para conseguir un aplauso;
yo canto la diferencia
que hay de lo cierto a lo falso.
De lo contrario no canto.
Les voy a hablar en seguida
de un caso muy alarmante,
atención al auditorio,
que va a tragarse el purgante,
ahora que celebramos
el Dieciocho mas galante.
La bandera es un calmante.
Yo paso el mes de septiembre
con el corazón crecido
de pena y de sentimiento
de ver mi pueblo afligido,
el pueblo amando la patria
y tan mal correspondido.
El emblema por testigo.
En comandos importantes,
juramento a la bandera,
sus palabras me repican,
de tricolor las cadenas
con alguaciles armados
en plazas y en alamedas.
Y al frente de las iglesias.
Los ángeles de la guarda
vinieron de otro planeta,
porque su mirada turbia,
su sangre de mala fiesta,
profanos suenan clarines
tambores y bayonetas.
Dolorosa la retreta.
Afirmo, señor ministro,
que se murió la verdad;
hoy día se jura en falso
por puro gusto no mas,
engañan al inocente
sin una necesidad.
Y arriba la libertad.
Ahí pasa el señor vicario
con su palabra bendita.
¿Podría su santidad
oírme una palabrita ?
Los niños andan con hambre,
les dan una medallita.
O bien una banderita.
Por eso, su señoría,
dice el sabio Salomón,
hay descontento en el cielo,
en Chuqui y en Concepción,
ya no florece el copihue,
ya no canta el picaflor.
Centenario de dolor.
Un caballero pudiente,
agudo como un puñal,
me mira con la mirada
de un poderoso volcán
y con relámpagos de oro
desliza su Cadillac.
Cueca de oro y libertad.
De arriba alumbra la luna
con tan amarga verdad
la vivienda de la Luisa,
que espera maternidad;
sus gritos llegan al cielo,
nadie la habrá de escuchar.
En la fiesta nacional.
La Luisa no tiene casa,
ni una vela ni un panal;
el niño nació en las manos
de la que cantando está:
por un reguero de sangre
mañana irá el Cadillac.
Cueca amarga nacional.
La fecha mas resaltante
la bandera va a flamear,
la Luisa no tiene casa,
la Parada Militar,
y si va al Parque la Luisa,
¿a dónde va a regresar?
Cueca triste nacional.
Yo soy a la chillaneja,
señores, para cantar.
Si yo levanto mi grito
no es tan solo por gritar,
perdóneme el auditorio
si ofende mi caridad.
Cueca larga militar.

JE CHANTE LA DIFFERENCE

Je chante comme on chante à Chillán.
Je chante parce que j'ai quelque chose à dire.
Je ne prends pas ma guitare
Pour me faire applaudir.
Je chante la différence
Qu'il y a du vrai au faux.
Je ne chante pas autre chose.
Je viens vous parler
D'une situation qui me tourmente.
Attention, vous qui m'écoutez,
Vous allez en avoir pour votre argent.
Aujourd'hui nous célébrons
Le 18 septembre (5) le plus lénifiant.
Le drapeau est devenu un baume.
Je passe ce mois de septembre
Le cœur gonflé
De douleur et de chagrin
A voir mon peuple affligé,
Ce peuple qui aime sa patrie
Et qui en est si mal payé de retour.
Le drapeau peut en témoigner.
Quand dans les détachements
Vient le moment de prêter serment,
Les paroles que j'entends me font l'effet
De chaînes tricolores.
Sous l'autorité d'argousins en armes,
Sur les places et dans les avenues,
Sur le parvis des églises,
Des anges gardiens
Sont venus d'une autre planète.
Leur regard était trouble
Et leur sang n'annonçait rien de bon.
Le clairon, le tambour et la baïonnette
Ont pris des sonorités païennes.
La retraite sera cruelle.
Je jure, Monsieur le ministre,
Que la vérité est morte.
Aujourd'hui on fait de faux serments
Rien que pour le plaisir.
On trompe l'innocent
Sans raison.
Vive la liberté!
Voici que passe le vicaire
Et sa parole bénite.
Puis-je dire
Un petit mot à Son Excellence?
Les enfants vont avec la faim au ventre
Et on leur donne des médailles
Ou de petits drapeaux.
Car, voyez-vous, votre seigneurie,
C'est Salomon, le sage, qui le dit :
II y a du mécontentement au ciel,
à Chuqui et à Conception.
Le copihue (6) ne fleurit plus.
L'oiseau mouche ne chante plus.
Voici venir cent ans de malheur.
Un grand monsieur
Affûté comme un poignard
Me perce de son regard
Semblable à un volcan en irruption.
Avec des éclairs d'or
Sa Cadillac glisse.
Cueca d'or et de liberté.
De là-haut la lune éclaire
D'une vérité crue
La masure de Luisa
Qui s'apprête à donner la vie.
Ses cris s'élèvent vers le ciel
Mais personne ne les entend.
C'est la fête nationale.
La Luisa n'a pas de maison.
Elle n'a pas de bougies ni de langes.
L'enfant est venu au monde dans les mains
De celle qui vous chante cette chanson.
Dans une rigole de sang
Une Cadillac s'avance.
Amère cueca nationale!
En cet instant historique
Le drapeau va flotter.
La Luisa n'a pas de maison.
Si elle va au Parc (7)
Voir le défilé militaire,
Où va-t-elle rentrer ensuite?
Triste cueca nationale!
Je chante comme on chante,
Messieurs, à Chillán.
Si je pousse ce cri
Ce n'est pas pour le plaisir de crier.
Pardonnez-moi, vous qui m'écoutez,
Si ma compassion vous choque.
Cueca larga (8) militaire!

MIREN

Miren como sonríen
los presidentes cuando
le hacen promesas
al inocente.

Miren como le ofrecen
al Sindicato
este mundo y el otro
los candidatos.

Miren como redoblan
los juramentos
pero después del voto,
doble tormento.

Miren el hervidero
de vigilantes
«para rociar de flores
al estudiante».

Miren como relumbran
carabineros
«para ofrecerle premios
a los obreros.

Miren como se visten
cabo y sargento
para teñir de rojo
los pavimentos.
Miren como profanan
las sacristías
con pieles y sombreros
de hipocresía.

Miren como blanquean
mes de María
y al pobre negreguean
la luz del día.

Miren como le muestran
une escopeta
para quitarle al pobre
su marraqueta.
Miren como se empolvan
los funcionarios
para contar las hojas
del calendario.

Miren como sonríen,
angelicales,
miren como se olvidan
que son mortales.

REGARDEZ

Regardez comme sourient
Les présidents
Quand ils font des promesses
Aux innocents.

Regardez comme ils font don
Aux syndicats
De ce monde et du paradis en plus,
Les candidats.

Regardez comme ils renouvellent
Leurs serments;
Mais après le vote
Croissent les tourments.
Regardez comme grouillent
Les gendarmes
Pour couvrir de fleurs
L'étudiant.

Regardez comme rutilent
Les carabiniers
Pour offrir des primes
Aux ouvriers.

Regardez comme s'habillent
Caporal et sergent
Pour tacher de rouge
Le pavé.
Regardez comme on profane
Les sacristies
Avec les fourrures et les chapeaux
De l'hypocrisie.

Regardez comme on blanchit
Le mois de Marie
Et comme pour le pauvre on noircit
La lumière du jour.
Regardez comme on sort
Les fusils
Pour arracher au pauvre
Son quignon de pain (9).

Regardez comme les fonctionnaires
S'empoussièrent
Pour compter les feuilles
Du calendrier.
Regardez comme ils sourient
Avec candeur.
Regardez comme ils oublient
Qu'ils sont mortels.

AYUDAME VALENTINA

Que vamos a hacer con tantos
y tantos predicadores,
unos se valen de libros,
otros de bellas razones
algunos de cuentos raros,
milagros y apariciones,
los otros de la presencia
de esqueletos y escorpiones,
mamita mía.

Que vamos a hacer con tanta
plegaria sobre nosotros,
hablando en todas las lenguas,
de gloria y esto y lo otro,
de infierno y paraíso,
de limbos y purgatorios,
edenes y vida eterna,
arcángeles y demonios,
mamita mía.

Qué sí, que adoren la imagen
de la señora María,
que no se adore ninguna
señora ni señorita;
que si, que no, que mañana,
que un viernes de amanecida
que por entrar en la gloria
dinero se necesita,
mamita mía.

Se ve que no son muy limpios
los trigos en esta viña
y la maleza pretende
comerse toda la espiga,
poco le dice la forma
con que ha de clavar su espina,
para chupar el más débil,
que diabla la sabandija,
mamita mía.
Que vamos a hacer con tanto
tratado del alto cielo
ayúdame Valentina,
ya que tu volaste lejos,
decir de una vez por todas
que arriba no hay tal mansión,
pero mañana la funda
el hombre con su razón,
mamita mía.

Que vamos a hacer con tantos
embajadores de dioses,
me salen a cada paso
con sus colmillos feroces,
apúrate Valentina,
que aumentarán los pastores,
porque ven que se derrumba
el cuento de los sermones,
mamita mía.

Que vamos a hacer con tanta
mentira desparramada,
Valentina, Valentina,
pasemos la escobillada
señores, debajo tierra
la muerte queda sellada
y todo cuerpo en la tierra
el tiempo lo vuelve nada,
mamita mía.

AIDE-MOI, VALENTINE

Qu'allons-nous faire avec tant
Et tant de prédicateurs?
Les uns se servent de livres,
Les autres de beaux discours,
Certains d'histoires louches,
De miracles et d'apparitions.
D'autres de la présence
De squelettes et de scorpions.
Ah! pauvre petite mère.

Qu'allons-nous faire avec tant
De prières sur nos têtes?
On nous parle dans toutes les langues
De la gloire de ceci et de cela,
De l'enfer et du paradis,
Des limbes et du purgatoire,
De l'éden et de la vie éternelle,
D'archanges et de démons.
Ah! pauvre petite mère.

Nous devons adorer l'image
De madame Marie
Mais nous ne pouvons adorer aucune
Femme ou demoiselle.
Oui ou non, demain
Ou vendredi à l'aube,
Pour avoir accès à la gloire,
II faut de l'argent.
Ah! pauvre petite mère.
On voit bien qu'ils ne sont pas bien sains

Les blés dans la vigne
Lorsque les broussailles prétendent
Dévorer tous les épis.
Peu leur importe la manière
Qu'elle a de planter son aiguillon
Pour sucer le plus fragile,
Comme elle est maligne la bestiole!
Ah! pauvre petite mère.

Qu'allons-nous faire avec tant
De pactes venus du ciel?
Aide-moi, Valentine,
Toi qui es partie très loin
Annoncer une fois pour toutes
Que là-haut il n'existe pas une seule demeure
Et que c'est demain que l'homme
La construira avec son intelligence.
Ah! pauvre petite mère.

Qu'allons-nous faire avec tant
De messagers des dieux.
Je les rencontre à chaque pas
Avec leurs crocs féroces,
Dépêche-toi, Valentine,
Les pasteurs vont se multiplier
En s'apercevant que s'écroulent
Leurs sermons mensongers.
Ah! pauvre Valentine.
Qu'allons-nous faire avec tant
De mensonges répandus,
Valentine, Valentine,
Faisons place nette.
Messieurs, sous la terre
La mort reste ensevelie.
Tout corps en terre
Le temps le réduira au néant.
Ah! pauvre petite mère.

GRACIAS A LA VIDA

Gracias a la vida que me ha dado tanto.
Me dio dos luceros que cuando los abro
perfecto distingo lo negro del blanco
y en el alto cielo su fondo estrellado
y en las multitudes el hombre que yo amo.
Gracias a la vida que me ha dado tanto.

Me ha dado el oído que en todo su ancho
graba noche y día grillos y canarios,
martillos, turbinas, ladridos, chubascos
y la voz tan tierna de mi bienamado.

Gracias a la vida que me ha dado tanto.
Me ha dado el sonido y el abecedario
con él las palabras que pienso y declaro
madre, amigo, hermano y luz alumbrando
la ruta del alma que estoy amando.
Gracias a la vida que me ha dado tanto.
Me ha dado la marcha de mis pies cansados;
con ellos anduve ciudades y charcos,
playas y desiertos, montanas y llanos
y la casa tuya, tu calle, tu patio.

Gracias a la vida que me ha dado tanto.
Me dio el corazón que agita su marco
cuando miro el fruto del cerebro humano;
cuando miro el bueno tan lejos del malo
cuando miro el fondo de tus ojos claros.

Gracias a la vida que me ha dado tanto.
Me ha dado la risa y me ha dado el llanto,
así yo distingo dicha de quebranto,
los dos materiales que forman mi canto
y el canto de ustedes que es el mismo canto
y el canto de todos que es mi proprio canto.

MERCI A LA VIE

Merci à la vie qui m'a tant donné.
Elle m'a donné deux lueurs; lorsque je les dévoile
Je peux reconnaître le noir du blanc,
Les cieux sans limites, leurs étoiles
Et parmi la foule l'homme que j'aime.

Merci à la vie qui m'a tant donné.
Elle m'a donné l'ouïe dont la générosité
Recueille nuit et jour le chant des grillons et des canaris,
Des marteaux, des turbines, des aboiements, de la pluie
Et la voix si tendre de mon bien-aimé.

Merci à la vie qui m'a tant donné.
Elle m'a donné la voix.
Elle m'a donné l'alphabet
Dont les mots me permettent de penser et de prononcer :
Mère, ami, frère et lumière qui éclaire
Le chemin de l'âme que j'aime.

Merci à la vie qui m'a tant donné.
Elle m'a donné la marche de mes pieds fatigués.
Grâce à eux j'ai arpenté villes et flaques,
Plages et déserts, montagnes et plaines
Et ta maison, ta rue, ta cour.

Merci à la vie qui m'a tant donné.
Elle m'a donné ce cœur qui bat plus vite dans ma poitrine
Quand je vois le fruit de l'intelligence humaine,
Quand je vois ce qui sépare le bien du mal,
Quand je vois le fond de tes yeux clairs.

Merci à la vie qui m'a tant donné.
Elle m'a donné le rire, elle m'a donné les larmes.
Je reconnais ainsi le bonheur du désespoir,
Ces deux éléments qui forment mon chant
Et votre chant qui est le même chant,
Et le chant de tous qui est mon propre chant.



Notes:

1. Surnom du premier des présidents Alessandri.
2. Manuel Rodriguez, l'un des héros de la guerre d'indépendance menée par les Chiliens contre la domination espagnole.
3. Le chirihue est un petit oiseau vert à la gorge rouge et aux ailes noires.
4. Chuquicamata, au nord du Chili, est la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert u monde
5. Jour de la fête nationale qui commémore le début de l'indépendance du Chili, le 18 septembre 1810.
6. Fleur décorative qui pousse dans les alluvions du Sud et qui est devenue le symbole du Chili.
7. Le parc Cousiño où se déroule le défilé militaire du 18 septembre.
8. Titre d'un recueil de poèmes de Nicanor Parra, le frère de Violeta, du nom d'une variante de la cueca, la cueca larga.
9. En fait, la marraqueta est une variété de pain propre au Chili


Edición digital del Centro Documental Blest el 07feb02
Capitulo Anterior Proximo Capitulo Sube